A la découverte de


#81

La box de juin de ma merveilleuse petite librairie dijonnaise s’appelle “I will survive”: ni boule à facettes, ni paillettes, mais une histoire post-apocalyptique (qui donne envie de relire le Roi Lear, Songe d’une nuit d’été et Hamlet) et un récit de naufrage (qui donne envie de relire L’île mystérieuse), avec en bonus, une chanson qui reste bien en tête (merci à mes libraires) :smile:


Avec les deux livres et le thé, une bougie avec une jolie petite étiquette “En cas de panne”.

Je ne suis pas fan d’histoire post-apocalyptique. J’ai pourtant adoré Station eleven d’Emily St-John Mandel dans lequel on suit une petite troupe de survivants qui va de ville en ville (des micro-colonies peuplées de quelques familles) présenter des pièces de théâtre et de la musique classique. Les nombreux retours en arrière donnent à voir la vie de certains personnages avant le cataclysme (la grippe de Géorgie, qui a soudainement décimé la population mondiale); les pièces du puzzle se mettent doucement en place. Je suis encore surprise d’avoir été happée par l’histoire dès le premier chapitre.

Dans Les naufragés, de F.E. Raynal, l’auteur nous raconte le naufrage dont il a été victime en 1864, au large de la Nouvelle-Zélande. Avec les quatre autres membres d’équipage, il trouve refuge sur une île habitée uniquement par une colonie d’éléphants de mer et organise la survie collective. Je ne l’ai pas encore terminé, mais j’ai déjà appris à construire une cabane avec un reste de bateau, des herbes hautes, des pins rabougris et des coquillages :smile:. Il est plaisant à lire et illustré de gravures sur bois, ce qui ne gâche rien.


#82

C’est amusant, je viens de finir Albatros de Deborah Scaling, récit d’un naufrage (réel également) qu’elle a vécu en 1982. J’ai été happée, et incapable de le lâcher (or j’étais dans le bain. Le meilleur endroit au monde pour lire une histoire de naufrage).


#83

Ta mise en situation est admirable! :grin:


#84

surtout qu’ils passent 12h dans l’eau et doivent échapper à des requins :joy:


#85

Ouinnnn :sob: mon CherEtTendre vient de manquer une opportunité de stage sur Dijon pour la fin de l’année…et moi qui avait déjà prévu un week end sur place :cry:
C’est trop injuste!


#86

Je comprends bien le fait que ça aurait fait une super excuse, MAIS, je pense qu’on peut parfaitement s’en sortir sans lui pour passer une journée à la librairie, en autres choses (je m’engage à porter tes sacs de livres; non, je ne me rends pas pleinement compte de l’énormité de ce que je viens de dire :joy:)


#87

Ne pouvant plus trop me déplacer pour des voyages…j’ai tendance à fantasmer sur les petits we :yum: Une forme de voyage que je ne pratiquais pas du tout et qui s’avère bien agréable (aussi)…
En gros => j’y songe sérieusement

Petite découverte à Paris, puisqu’après un (trop long) exil, elle est enfin de retour, la librairie (et bouquinerie) maritime L’eau et les rêves

Un lieu TRES sympathique :yum: (et juste en bas de chez moi. Une vraie provocation)


#88

Ahah, j’ai habité tout près de chez toi quand j’étais à Paris :stuck_out_tongue:


#89

La box de septembre de ma merveilleuse petite librairie a pour thème “Souffler le chaud et le froid” et le moins que l’on puisse dire est que les trois livres qu’elle contient répondent parfaitement au cahier des charges!

J’ai commencé avec Pays de Neige de Yasunari Kawabata (qui existe aussi en manga), histoire de la liaison entre un tokyoïte et une geisha dans une station thermale au coeur des montagnes.
Si j’ai vraiment bien aimé l’ambiance hivernale, les descriptions paysagères poétiques et l’ouverture sur la culture japonaise traditionnelle, je n’ai absolument pas accroché à l’histoire entre les deux protagonistes auxquels je ne me suis pas du tout attachée, que je n’ai pas compris et j’ai même particulièrement détesté la goujaterie du personnage masculin. Au final, une lecture en demie-teinte.

Avec Chaleur de Joseph Incardona, on reste dans le froid, direction la Finlande, où l’on assiste au championnat du monde de sauna :face_with_raised_eyebrow:. On suit les deux concurrents principaux que tout oppose, sauf leur désir de gagner: Niko, porno-star, plusieurs fois vainqueur et Igor, ancien sous-marinier russe, son challenger. Voici tout à fait le genre de livre improbable que je n’aurais jamais choisi seule, et pourtant, je me suis vraiment bien amusée! :smile:

Dans La femme et le pantin, de Pierre Louys, Don Mateo met en garde son ami attiré par la beauté de Concha, qu’il a connu intimement.
Concha est ainsi présentée comme une vilaine petite aguicheuse (le terme est faible) et Don Mateo comme un pauvre homme esclave de sa passion. Parfaite vision masculine de la fin du 19e siècle.
Avec ma vision de femme du 21e siècle, j’y vois une femme plus ou moins forcée par ses proches d’accorder ses faveurs à un homme contre des cadeaux ( = prostitution) et un homme tellement frustré de ne pas obtenir entièrement ce qu’il veut malgré les dits-cadeaux, qu’il en devient violent ( = tentative de viol). Mais rassurez-vous, à la fin, l’honneur (de monsieur, madame ayant perdu le sien) est sauf: elle aime être battue et humiliée!!! :scream: :face_vomiting: :face_with_symbols_over_mouth:
Ne connaissant l’auteur que de nom, j’ai par ailleurs été surprise par quelques passages que seul un manque d’imagination pathologique peut séparer de la grivoiserie. Pour ma culture, mes libraires me signalent que c’est tout de même très soft pour l’auteur! :sweat_smile:


#90

Ah oui, Pierre Louys, ca peut aller très loin…(perso je n’aime pas…pour les raisons mêmes que tu as relevé)

Mais tu me donnes trop envie de le lire!


#91

Donc, si je résume, avec l’Hibiscus pourpre et Le mal de peau, c’est le 3e livre dont je parle cette semaine que 1) tu n’as pas lu et 2) je te donne envie de lire. Je ne pensai pas que ça arriverait un jour :sunglasses:
Je pense même que le forum (ou @marjorie-founder et @administrateur) devrait me créer un badge spécial pour cet exploit! :grin:


#92

:rofl:
Ce qui me fait rire, c’est que je suis intimement persuadée de ne pas avoir lu grand chose en réalité.


#93

Par rapport à la somme de tout ce qui a été écrit, dans toutes les langues, depuis l’invention de l’écriture, c’est sans doute vrai.
Par rapport au commun des mortels, c’est sans doute faux, d’où ma joie :wink:


#94

Ah Pierre Louÿs…
Je l’avais découvert (et un peu adoré, quand même) avec Les Chansons de Bilitis, j’avais ensuite enchaîné avec Trois filles de leur mère et c’était une autre ambiance :nerd_face:

Je note complètement Chaleur, ça a l’air très sympa mais je ne l’aurais clairement pas choisi de moi-même !


#95

arrivé à “on assiste au championnat du monde de sauna” je me suis dit “tu as dû mal lire” , “ah ben non elle a bien écrit ça en fait, bon les Finlandais ont peut-être des pratiques étranges qui en regardent qu’eux” , et alors le “porno-star, plusieurs fois vainqueur et (…) sous-marinier russe (…)” a fini de m’achever et de me demander : mais comment elle est tomber sur ce bouquin?!


#96

C’est exactement pour ça que j’aime les box littéraires (ici, celle de ma géniale librairie): découvrir des livres vers lesquels je ne serai jamais allée seule! :smile:


#97

Mais il y a des gens qui seraient aller spontanément vers ce bouquin? lol
(Enfin du coup il m’intrigue)


#98

Beuh moi pour commencer


#99

Milles excuses dame Jacmel :slight_smile:


#100

:joy: C’est là que je vois que j’ai des gouts bizarres