Abo L'amour et le pouvoir de la lecture (Novembre 2018)


#1

Les abonnements de décembre sont maintenant arrivés, ce qui signifie que nous pouvons parler ici de ceux de novembre, qui ne nous proposaient rien de moins que d’explorer L’amour et le pouvoir de la lecture avec:

  • Les passeurs de livres de Daraya de Delphine Minoui , “un texte qi nous rappelle à quel point les livres, au-delà de l’éternelle source de joie qu’ils constituent, sont aussi une bouffée d’oxygène, une forme de résistance, une arme contre le mensonge et la violence.”

  • A quelques milles du reste du monde de Pat Conroy, “une histoire profondément humaine et pleine d’espoir, qui raconte comment l’humour et la vocation peuvent venir à bout de la bêtise et d’un système défaillant.”


#2

Et le petit sondage pour recueillir votre avis en un clic, mais n’hésitez pas à nous dire plus longuement ce qui vous a plu (ou pas) dans ces lectures!

Les passeurs de livres de Daraya

  • Beurk, beurk, beurk
  • Bof
  • Pas vraiment d’avis
  • Bien aimé
  • Coup de coeur

0 votant

A quelques milles du reste du monde

  • Beurk, beurk, beurk
  • Bof
  • Pas vraiment d’avis
  • Bien aimé
  • Coup de coeur

0 votant


#3

Les passeurs de livres m’a beaucoup plu.
Presque un coup de coeur…mais je m’attendais à ce que la librairie est un role plus central, plus développé dans le livre. La mise en place est trop vite racontée.


#4

Je n’ai pas l’habitude de lire des livres traitant des titres de l’actualité: ce que je cherche dans la lecture, c’est l’évasion dans le temps, l’espace ou un autre monde. Et pourtant Les passeurs de livres de Daraya a été un coup de cœur.

J’ai particulièrement aimé l’intégrité journalistique, l’honnêteté intellectuelle de l’autrice, qui sent qu’elle est “du côté” des reclus de Daraya et va cependant chercher à savoir, directement et indirectement, si ces hommes ne sont pas, comme l’affirme le pouvoir en place, des terroristes. Elle nous fait vivre par procuration la vie de ces familles bombardées et retranchées, leurs espoirs, leur découragement et ces angoissantes périodes de silence.

Et quelle jolie illustration du pouvoir des livres! Cette entreprise qui pourrait paraître complètement frivole – récupérer des livres dans les décombres pour constituer une bibliothèque en temps de guerre – devient en fait un acte de vie incroyablement fort, créant une occasion de se rassembler, de discuter, de s’instruire, de s’ouvrir au monde tout en étant enfermé. Une sorte d’anti-autodafé.

Un petit bémol tout de même concernant la place des femmes: seuls les hommes semblent avoir accès à la bibliothèque et à l’instruction qu’elle apporte, seuls les hommes sont les interlocuteurs de la journaliste, pourtant les femmes subissent exactement le même sort.


#5

Pour moi, ce livre a été un coup cœur ! Réaliste, émouvant, attachant… Le livre nous approche à une réalité souvent oubliée ou qu’on ne veut pas entendre ! Il faut ouvrir les yeux et ne croire que ce qu’ils nous montrent! Merci pour ce livre!
Je vous laisse un petit vidéo d’une enterview de l’écrivain du livre ! Pour ceux qui n’ont pas encore lu le livre, mieux pas regarder!