Abo Littératures canadiennes et Douceur en Chine et au Canada (Avril et Mai 2018)


#1

Je continue à faire appel à votre mémoire avec vos avis sur les abonnements du printemps.

L’abonnement d’Avril inaugurait “la période canadienne” de @marjorie-founder , avec :

  • Une nuit au Mississipi de Craig Shreve, édité par Les Allusifs, maison d’édition canadienne: “la beauté et la vérité tragiques d’une histoire qui nous plonge dans un monde, une époque et l’intimité de ses personnages”.
  • Et Québec Bill Bonhomme d’Howard Frank Mosher, “une petite pépite de loufoquerie déjantée et d’optimiste”.

En Mai, @marjorie-founder nous proposait quelques pages de douceur bien loin de la mièvrerie avec aléatoirement “deux textes d’auteurs asiatiques choisis pour leur écriture subtile, leurs personnages féminins à la fois forts et fragiles, et l’éclairage captivant de leur pays et de leurs cultures respectifs”:

  • Bonsoir la Rose de Zijian Chi, “tranche de vie mélancolique, racontant la rigueur de la vie dans cette région du Nord de la Chine, avec une vision acerbe de la dure condition des femmes et de l’individualisme de la société chinoise”,
  • Princesse Bari de Sok-Yong Hwang, “mélange entre des thèmes très durs et la belle écriture de l’auteur, ainsi que le soupçon de magie relié au chamanisme coréen qui en font une lecture à la fois étonnante et passionnante.”

Les abonnés Bonheur de lecture ont également reçu Manikanetish de Naomi Fontaine, “une lecture toute simple mais qui réchauffe le cœur; courte dans le nombre de page, mais grande par la joie et l’espoir qu’elle porte!”. Un livre qui mêle donc deux des tocades littéraires de notre Exploratologue en chef, les indiens d’Amérique et le Canada. :wink:


#2

Et un petit sondage, pour avoir votre avis en un clic, mais n’hésitez pas à vous étendre longuement en commentaires! :grinning:

Qu’avez-vous pensé de:

Une nuit au Mississipi

  • Beurk beurk beurk
  • Bof
  • Pas vraiment d’avis
  • Bien aimé
  • Coup de coeur

0 votant

Québec Bill Bonhomme

  • Beurk beurk beurk
  • Bof
  • Pas vraiment d’avis
  • Bien aimé
  • Coup de coeur

0 votant

Bonsoir la rose

  • Beurk beurk beurk
  • Bof
  • Pas vraiment d’avis
  • Bien aimé
  • Coup de coeur

0 votant

Princesse Bari

  • Beurk beurk beurk
  • Bof
  • Pas vraiment d’avis
  • Bien aimé
  • Coup de coeur

0 votant

Manikanetish

  • Beurk beurk beurk
  • Bof
  • Pas vraiment d’avis
  • Bien aimé
  • Coup de coeur

0 votant


#3

En refermant Une nuit au Mississippi, le sentiment qui dominait en moi était celui d’un immense gâchis: une vie innocente prise, une vie innocente complètement ruinée et des vies coupables, mais menées le plus normalement possible jusqu’à des peines tardives.

Ce qui fait la force de ce livre pour moi, c’est la vie de Warren après le meurtre de son frère: comment peut-on rester en colère aussi longtemps, s’en vouloir et en vouloir à d’autres aussi longtemps, réduire toute sa vie une justice qui finit par avoir un arrière-goût de vengeance? Je ne crois pas avoir déjà lu cet “après”: que se passe-t-il longtemps après l’horreur et le déni de justice?

Les parties du récit avec le point de vue d’Earl m’ont également mises mal à l’aise: je n’avais pas envie de pouvoir lui trouver l’ombre d’une circonstance atténuante, je voulais qu’il paie pleinement pour son crime. Et je me suis retrouvée face à mes contradictions, face à un très jeune homme influençable au moment du crime, et non face à un monstre. Bravo Craig Shreve.

Bref, un livre qui n’a pas été un coup de cœur, mais qui continue à m’habiter.

J’ai vraiment bien accrochée à la partie réaliste de Princesse Bari, à la vie en Corée de Nord, à l’enfer du chemin de l’exil, à la difficile intégration, aux conditions de vie impossibles (la partie la plus terrible et violente en fait) et beaucoup moins à l’aspect rêve, chamanisme, suit le chemin jaune (ou blanc? Je confonds peut-être avec The wonderful Wizard of Oz :sweat_smile:). Il n’en reste pas moins que Bari est un personnage que j’ai pris plaisir à suivre et à voir surmonter les différents obstacles qui se présentent à elle, même s’il faut parfois avoir le cœur bien accroché, d’où peut-être l’utilité des “pauses” poético-oniriques, qui permettent de respirer un peu.

Je ne me souviens plus vraiment de Bonsoir la Rose. Je crois surtout que j’en garde le sentiment d’une déception: j’ai adoré la couverture (oui, je sais, on ne se laisse pas influencer par la couverture), j’ai vraiment accroché au résumé (oui, je sais, il ne faut pas lire les résumés et encore moins s’y fier), je m’attendais donc à un vrai coup de cœur et… non. J’ai donc eu l’impression assez désagréable d’être passée à côté de quelque chose. :expressionless:

Je ne sais pas si elle est présente sur le forum, mais je me permets de vous glisser le lien vers le blog des lectures de Sophie qui donne son avis sur Bonsoir la Rose et Une nuit au Mississippi (mais aussi sur des abo plus anciens comme Sainte Caboche et Morwenna, par ex.)