Buvez-vous du thé ?


#1

Tout à l’heure en me faisant un thé pour le goûter, j’ai réalisé qu’on parle beaucoup de livres ici (logique pour un club de lecture d’ailleurs :stuck_out_tongue:) mais pas de thé… qui fait aussi parti du concept d’exploratology pourtant !

Je me suis dit que ça pourrait être intéressant de se donner des conseils, des avis, pourquoi pas de parler du thé reçu chaque mois dans les abonnements… bref, de discuter du monde du thé en général si vous êtes intéressées !


Pour ma part j’adore le thé depuis le collège, où j’ai découvert le monde merveilleux des infusions. Bon, c’était du thé de supermarché au début, mais en grandissant et grâce aux cadeaux divers j’ai pu découvrir des thés plus qualitatifs. Je me souviens d’un thé qui venait du comptoir des colonies (un salon de thé dijonnais) que des copines m’ont offert pour mes 19 ans et qui était absolument fabuleux.
En arrivant à Paris j’ai découvert plein de maisons de thé connues, le Palais des Thés et compagnie, c’était un peu la découverte d’un monde inconnu pour moi.
Et je suis ensuite retournée aux plus petites maisons, et grâce à exploratology j’ai découvert teeeellement de choses délicieuses !
Je me souviens particulièrement de ma découverte des rooibos Cape&Cape :yum:

Au niveau de mes goûts je suis plutôt thé vert, nature ou parfumé (le thé vert à la menthe ou celui au gingembre : mon panthéon de l’été).
Récemment je me suis mise aux Oolong que je trouve très agréable pour l’été.
Autrement le thé blanc, j’ai presque hâte d’être en décembre pour ressortir le thé blanc de Noël Dammann Frères aux fruits rouges :heart_eyes:


#2

Je crois que j’ai à peu près le même parcours que toi, y compris Le Comptoir des colonies :wink:

Après les thés de supermarché, j’ai découvert le Palais des thés, qui a été mon fournisseur pendant de longues années! Ah, le merveilleux thé des moines, ou celui des amants :yum:

Et puis, j’ai acheté au coup par coup quelques Thébox, qui m’ont fait découvrir le célèbre Damman Frères (fantastiques thés de Noël), et d’autres marques, un peu plus confidentielles, que l’on retrouve parfois chez Exploratology.

En ce moment, j’aime beaucoup les Thés Bourgeons, qui avait un stand au marché de Noël de Dijon cette année (il y avait même un thé “Noël à Dijon” :smiley:), avec quelques coups de coeur, comme leur thé Bel-ami (au café!), Caramel Breton, Pommes grillées ou encore Paris-New-York. Et ils ont aussi une gamme d’infusions “Bien-être” assez sympa.

Bref, j’aime beaucoup les thés parfumés et je crois que j’ai un peu plus de mal avec les thés “nature”. Et j’ai une super bouilloire où l’on peut régler la température, en fonction du type de thé!

Le rooibos est très particulier pour moi: je l’ai découvert en Afrique du Sud, avant qu’il ne devienne à la mode ici. Du coup, quand j’en bois, j’ai toujours plein de souvenirs qui me reviennent, c’est loin d’être une boisson anodine!

Et pour poursuivre un peu ton sujet, j’ai adoré les petits paquets Emily Crisps :heart_eyes:


#3

Mon rêve, l’Afrique du Sud!!! :heart_eyes:

A vous lire, j’ai l’impression d’avoir fait le chemin inverse!
Ma grand mère raffolait du thé, du très bon thé, et j’ai grandi avec l’évidence de ce goût.
Patatras quand j’ai dû rechercher cette sensation après sa mort :disappointed_relieved:! Impossible de retrouver ces saveurs exceptionnelles jusqu’à ce que je rentre un jour chez Mariage Frêre et que j’y retrouve leur Tarry Souchong et leur Lapsang Souchong :yum: Ca y est c’était le bonheur.

La conséquence c’est que je ne suis vraiment pas du tout portée sur les mélanges fruit-fleur-thés (je préfère ce terme à aromatisés qui sonne un peu trop Lipton à mes yeux :fearful:) même si je commence à en apprécier certain petit à petit (voire même beaucoup).

Ouiiii j’ai débuté le rooibos avec eux aussi (et je ne les ai pas quitté d’ailleurs )


#4

@Jacmel Ah, depuis le temps que j’entends parler de Mariage frères, je n’ai encore jamais goûté un de leur thé!

L’Afrique du Sud: 8 ans après, je ne m’en suis toujours pas remise. Je suis passée à côté de paysages magnifiques et d’une culture riche parce que je n’arrivais pas à occulter l’aspect social: impossible pour moi de faire comme si cette ségrégation de fait n’existait pas (j’ai vu un resto avec des serveuses pour les blancs et d’autres pour les noirs, avec un uniforme différent pour que surtout, on ne se trompe pas!!), d’entendre les gens dans la rue nous appeler “Master” seulement parce qu’on est blanc sans que ça ne me rende malade ou de photographier un township. Je ne me suis jamais sentie aussi femme ni aussi blanche (une grande première pour moi) que là-bas, alors même que je suis restée dans les coins les plus “safe” (province du cap).


#5

Je souris en lisant ça…
Je retrouve beaucoup de l’expérience de l’arrivée en Haïti dans ce que tu raconte là :wink:
Sur la découverte de sa couleur blanche, j’aurais beaucoup à en dire, mais ça montre bien le biais (pervers) de toute société se vivant (se croyant) monocolore => dès lors cette mono couleur est une non couleur (“naturelle” ou “normale”) et tout ce qui ne l’est pas devient couleur (ce qui explique que personne de couleur n’ai pas du tout le même sens selon l’endroit où on emploie l’expression). Pour se découvrir coloré, il faut être mis en face (plus ou moins brutalement ) de ça (y compris par l’obséquiosité insistante), se retrouver de l’autre côté de la couleur.

Sur les limites de ce qu’on tolère ou pas dans le fonctionnement d’une société, personnellement j’assume celles que j’ai conservées en Haïti (vis à vis de l’esclavage infantile ou du racisme par exemple) mais c’est très discuté en anthropologie (imposition de valeurs toussa toussa) sauf que les limites, on les ressent, et elle génèrent une réaction de notre part, donc autant les verbaliser, pour pouvoir décider, en toute conscience, de les dépasser ou non.
Ce d’autant plus qu’une culture n’étant jamais un monolithe inactif et lisse, on trouve, y compris au sein d’une société ségrégationnée des gens qui vont à l’encontre de ce schème.

Oups…je me suis laissée emporter. L’émotion de lire quelque chose que je comprends trop bien.

Tu es restée combien de temps?


#6

@Jacmel Je n’y suis restée que très peu de temps, environ deux semaines pour des petites vacances, mais je me suis sentie tellement soulagée quand l’avion du retour a décollé.

Je pense que tout ce que j’ai ressenti a été accentué par l’insécurité permanente, et les consignes des gens vivant là-bas (être rentré chez soi à 18h, planquer tous les objets de “valeurs”, avoir toujours une solution de repli quelque soit l’endroit où tu te trouves, ne jamais montrer que tu es un touriste, changer de trottoir pour ne pas croiser une “bande”, même s’il s’agit d’enfants de 8 ans, etc…)

Je trouve ce que tu dis vraiment très intéressant, mais je t’avoue que je ne suis pas du tout habitué à réfléchir à tout ça! :smile: Je n’ai que ma toute petite expérience pas très heureuse…


#7

Tu n’es pas en train de parler de cette faune urbaine particulière auréolée d’une odeur de bière, qu’on nomme des supporters de foot, et qu’on croise étrangement beaucoup ces derniers temps ? :grin:
(Je dis ça, mais en même temps j’ai parfois dans la tête le “Will Griggs’s on fire”…)

@JessP @Jacmel Sinon, pour rebondir sur ce que vous disiez, ça m’a fait penser à un livre, Marou de Bessie Head, une auteure d’Afrique du Sud, où j’ai découvert avec surprise (et pas mal d’ignorance donc) l’existence d’un racisme Sud-Africain envers une ethnie (les Bochimans si mes souvenirs sont bons). Bref, l’être de couleur n’est effectivement pas le même pour tout le monde! (et sinon, si vous lisez Marou, prière de ne lire que Marou, car j’ai mes visées sur un autre livre de l’auteure pour les abonnements :grin:)

Et sinon pour revenir à la thématique thé, j’ai fait comme toi @Pauline j’ai commencé aussi avec les thés de supermarché :grin: (même si c’était plus de supermarché asiatique, du coup j’ai gardé une habitude de thé nature et non aromatisé, mais quand c’est de l’aromatisé de qualité, je dis pas non hein). J’ai un faible pour les infusions herbales ; j’ai ramené de Rome une infusion produite par un monastère, un mélange spécial détente, et c’est juste merveilleux. Mais dommage pour mes affaires que beaucoup de ces producteurs ne font que du thé en vrac et non en sachet :cry:
Et aussi fan des Oolong! C’est un thé très doux, je l’aime beaucoup aussi.

Par contre, je confesse que lorsque j’écoute certains de mes partenaires me parler de “notes”, de “tons”, de “profondeur”, comme si c’était du vin, j’en perds mon latin, je suis trop néophyte! :joy:


#8

Très clairement, je préfère les thés parfumés… sauf pour le rooibos, découvert nature, c’est comme ça que je le préfère. Mais bon, comme je vois à quel point mes goûts ont évolué, se sont affinés en quelques années, je me dit qu’il n’est pas impossible que je me mette à aimer d’autres sortes de thé nature.:wink:

L’Afrique du Sud, c’est aussi qqs souvenirs littéraires; c’est là bas que j’ai découvert la trilogie Troy, de David Gemmel, et acheté une partie de mes classiques en VO (Soeurs Brontë, Jane Austen). Et avant de partir, j’avais lu les VF de certains auteurs Sud-africains, comme André Brink. Je garde un souvenir terrifiant de Au-delà du silence
Et à mon retour, on m’avait offert Un arc en ciel dans la nuit de D.Lapierre. J’avais tellement aimé La cité de la joie ado, que la déception a été grande pour ce livre là… Mais je me rends compte que toute cette discussion me donne envie de me replonger dans l’histoire et la culture de ce pays :grinning:


#9

J’attendrai pour lire Bessi Head alors :grin:


#10

André Brink, j’adore :wink:
Comme Nadine Gordimer aussi.


#11

@marjorie-founder C’est grâce à toi, dans un colis, que j’ai retrouvé le Earl Grey que ma grand mère prenait au petit déjeuner :kissing_heart:


#12

Je ne montrerai pas mes étagères à thé, mais elles sont bien chargées. J’ai la sale habitude d’avoir un thé pour chaque moment de ma vie, chaque sentiment, chaque envie. Ca fait donc beaucoup de thés !


#13

@Juliet Je rêve d’avoir une jolie étagère (bon, OK, on peut mettre au pluriel :smile:) pour exposer mes jolies théières, leurs copines tasses et tous mes thés!


#14

Oui moi aussi !


#15

Il me faudrait aussi une appli pour les thés que je goûte et que je veux me racheter :smirk: . Comme pour les livres que je veux acheter …

dit-elle en sirotant son Précieux du Chapelier Fou


#16

Ah oui, super idée! Il m’arrive aussi hyper souvent de me dire: “Oh, il est trop bon celui là! C’est bon, pas la peine de noter, je vais m’en souvenir”… Mais bien sûr…:sweat_smile:


#17

Je garde le sachet mais bon avec plein de sachet vide je me souviens plus du goût qu’ils ont …


#18

@Lucie C’est déjà un pas de plus que moi. si tu ne gardes que les sachets de thé que tu aimes, même si tu ne te souviens plus vraiment du goût, tu peux te dire que si tu rachètes, ça devrait quand même te plaire :smiley:

Mais, je me souviens encore qu’hier j’ai pris un sachet de Pukka relax reçu dans je ne sais plus quel abonnement et que j’ai vraiment bien aimé son goût de plantes! :wink:


#19

Ben je garde les sachets, mais essentiellement pour des raisons esthétiques, et donc pas forcément ceux que je préfère (je fais des portes cartes avec :smirk:)


#20

Tu nous montres? Ils sont aussi beaux que tes superbes sacs-livres? :wink:
T’es un vraie pro de l’upcycling en tout cas! :clap: