Ces concepts auxquels je ne comprends rien


#1

Fleurissent sur la toile des concepts que je comprends mal, ou peu, ou, en vérité, pas du tout du tout. Je glisse dessus comme un canard tentant d’atterrir sur une rivière gelée (c’est hilarant à voir et à entendre le canard en roue libre et terriblement fâché) et, pas moyen, je ne parviens pas à rendre intelligibles les multiples explications.
A l’aide!

-La lecture rapide : Je veux bien, à la rigueur, admettre qu’on lise un essai au rythme d’une phrase par page (mais cela me semble risqué!) mais expliquez moi l’intérêt de ceci pour de la littérature? What? Pourquoi? Pour pouvoir dire “je l’ai lu”? A ce rythme autant lire la 4eme de couverture, le dernier chapitre et on peut tout autant dire “l’avoir lu”.
Donc, en vérité, je ne comprends pas ce que veut dire “la lecture rapide”. Et c’est d’autant plus gênant qu’on m’affirme souvent que c’est ce que je fais, et fichtre, j’eus voulu ne jamais être le Monsieur Jourdain de la lecture.

-Le Coffee Table Book : Alors là je suis (presque) (mais pas tout à fait) sans mot. S’agit-il du livre pour décorer? Pour faire patienter les invités? Croient-ils que j’habite un cabinet dentaire? S’agit-il de faire croire que l’on n’est passionné par un sujet dont on se fiche comme de son premier slip?
Mais quelle étape de construction mentale ais-je manqué pour que cette idée me laisse aussi perplexe qu’un canard glissant sur une rivière gelée (ici revenir au premier point)???

A l’aide!!!


#2


#3

Ouaip. Et c’est encore plus drôle avec le son :duck:

(J’ai habité dix ans au bord d’une rivière avec 1- beaucoup de canards, 2- des gelées fréquentes )


#4

Bon, tout d’abord, merci à @administrateur pour cette superbe illustration d’atterrissage de canard sur rivière gelée! :joy: Je note cependant que l’illustration semble plus élégante que ce que sous-entendait le texte de @Jacmel.

Coffe Table Book. J’avoue que je trouve ça assez joli:

image

image

image

Mais il est vrai qu’au mieux, ça fait librairie un rien chichiteuse, au pire cabinet de médecin très cher ou d’avocats (non commis d’office, vu le prix des livres et des accessoires). Et dans tous les cas, c’est juste impossible dans un endroit où vivent des gens (sans même parler d’enfants ou de chats!).

La lecture rapide. D’après Wiki, c’est différent de la lecture en diagonale, c’est une vraie technique pour “accélérer la vitesse de lecture”. Tu lis naturellement plus vite que la moyenne des gens, mais ça ne relève ni d’une technique particulière ni d’une lecture en diagonale, juste d’un entrainement intensif :joy:
Et si c’est pour accumuler les livres “qu’il faut absolument avoir lu”, je n’en vois pas trop l’intérêt non plus (sauf dans un cadre professionnel, peut-être, mais alors, quel dommage!).


#5

Du coup, si je me mets dans la peau d’un acheteur, je choisis un (ou plus) livre(s) pour…prendre une photo une fois?
Parce que 1-une coffee table, c’est pratique si on peut mettre un coffee dessus, non? A la rigueur un tea. Parce que là, sur la dernière photo, c’est compliqué…
2-Pourquoi mes piles de livres à moi font toujours désordre/bazar/bordel ? C’est trop injuste!
et du coup, 3- pourquoi acheter -cher- un livre spécifiquement pour mettre le bazar chez soi? C’est trop bien rangé?
et en effet, comme tu le soulignes, 4-où vivent les gens dans ces photos???
sans compter que 5- l’impression rendue (avec les lunettes, marque pages…) consiste à faire croire que ce sont des livres en train d’être lus…auquel cas, les coffee table book ne seraient-ils pas que la version horizontale des mètres de livres vendus pour remplir des bibliothèques ?

NB : je ne parle que de la qualification commerciale “coffee table book”. On peut tout à fait -idée un peu fofolle mais bon- acheter un livre parce que son contenu , fut-ce son apparence, nous intéresse

Mouais…ca reste, à mes yeux, très moliéresque. Ce n’est dans la majorité des cas* qu’une version moderne des professeurs de Jourdain, non?
*A la lecture de ton lien, je peux comprendre des techniques d’orthophonie, là, je vois bien, ok. Le passage de la subvocalisation à sa disparition est effectivement un saut qualitatif dans la maitrise de la lecture. Mais dans ce cas, il s’agit bien de (re)éducation, pas d’accélérer la lecture.
Lorsque j’apprends à calligraphier, j’apprends à calligraphier, je ne me rééduque pas à l’écriture. A l’inverse quand je me rééduque à l’écriture, je n’apprends pas à calligraphier. Il me semble que sont mélangés un technique d’orthophonie et une méthode de type développement personnel dans laquelle ils te réinventent l’eau tiède.
Parce que -si j’ai bien compris- lecture rapide= je lis vite, non? Alors en effet, peut être pouvons nous simplement postuler que c’est en sciant que Léonard de Vinci (elle est nulle, ok, mais elle n’est pas de moi). Et qu’une nouvelle expression toute belle tente de remplace une phrase simple sujet-verbe-adverbe. Ok

Ce qui me gène vraiment -non pas au sens que je le regrette, mais seulement que j’ai du mal à l’intégrer- c’est qu’un simple qualificatif (tu lis lentement, tu lis vite) devienne un savoir-faire enseignable (admettons), améliorable (pourquoi?) et surtout commercialisable. Je ne suis pas vraiment convaincue par ce postulat.

Je suppose que des éditeurs et critiques en ont besoin…mais je soupçonne plus une lecture partielle que rapide dans leurs cas. Comme ça, au hasard…

NB bis: j’espère que je ne parais pas agressive :flushed: parfois à me relire, j’ai des doutes…


#6

Non, rassure-toi, à la lecture de ton post, l’adjectif qui vient en premier pour te qualifier n’est pas “agressive” :joy:

Bienvenue dans le monde d’Instagram, Twitter, Pinterest et autres réseaux sociaux !!

Non, c’est normal, c 'est juste que toi tu vois ce qu’il y a en dehors du cadre de la photo!

:crazy_face:


#7

Pour moi le coffee table book, ce sont les livres que je lis à une vitesse d’escargot et que j’aime bien laisser sur ma table basse pour

  1. ne pas oublier que je suis en cours de lecture (ce qui arriverait sans aucun doute en les rangeant dans la bibliothèque)
  2. faire joli parce que les livres : c’est joli.

En ce moment, ça serait le livre de l’intranquillité de Pessoa :thinking:

Après, autant laisser les beaux livres en permanence sur la table je trouve ça peu pratique (ma table basse est faite pour accueillir mes pieds voyons), autant j’adorerais avoir une table avec compartiment en transparence (exemple pour illustrer mon propos juste 200 fois plus cher en promo que ma table basse ne m’a coûté :joy:).
J’y mettrais mes beaux livres en valeur, pour qu’ils se voient et que mes invités en profitent ! Typiquement, mon catalogue d’expo Ghibli, mes livres d’art, mon édition illustrée d’Harry Potter offerte pour mon anniv, certaines BDs… seraient bien mieux sur ma table basse que dans ma bibliothèque ou je pense rarement à les ressortir pour les admirer (alors qu’ils le méritent).
Je me vois même totalement faire un roulement de beaux livres dans mon compartiment transparent de table basse pour profiter de chacun de façon optimale (reste plus qu’à gagner au loto et m’acheter la table basse…)

Je ne sais pas si c’est logique ou si j’ai juste l’air d’une sacrée snob :face_with_monocle: (après, je n’ai ni chat ni enfant, cet avis est donc probablement biaisé :nerd_face:)
Mais est-ce que les gens qui achètent un livre uniquement pour la déco, sans aucun intérêt pour le sujet, existent vraiment ?

Pour la lecture rapide, à part dans un cadre universitaire je ne vois pas non plus l’intérêt de lire tout un livre comme ça. Par contre, je le vois tout à fait pour zapper des passages qui intéressent moins ! Par exemple, j’ai lu toutes les campagnes napoléoniennes en lecture rapide (fin j’appelais ça lecture en diagonale mais same thing) dans les Misérables, pour passer vite vite à la vraie histoire… et j’ai même pas honte !


#8

Dans la mesure où des livres sont vendus sous cette appellation de coffee table book, je suppose…

Moi, ma table basse, ce sont les livres empilés directement :joy:


#9

M…rde, j ai pas de table basse :persevere:


#10

Je trouve également dommage que mes beaux livres restent tout bêtement cachés dans la bibliothèque et il est vrai aussi que je les lis souvent en plein de petites fois (ne serait-ce qu’à cause du poids :weary:).

Donc, la table basse transparente pourrait être une solution, à condition qu’elle soit vraiment pratique (s’il faut ouvrir par le dessus ou faire en sorte que le plateau soit tout le temps vide pour que ce soit joli, ça va vite me gonfler) ET auto-nettoyante (je ne tiens pas particulièrement à décrire ce que les mains ou les pieds de mes enfants pourraient déposer dessus :confused:)

Tiens, je suis en train de me demander si je ne pourrais pas couvrir l’intégralité de mes murs avec des étagères toutes fines sur lesquelles je pourrais exposer mes beaux livres de façon à ce qu’on voit leur couverture :crazy_face: :books:


#11

Moi les livres qui “traînent” en général c’est aux wc, et ce sont des revues, et tu peux aussi dessiner et écrire sur les murs grâce à des stickers ardoise et des craies ^^.

Mais ce truc de coffee table book en fait c’est juste pour exposer les livres pompeux pour faire croire qu’on est intelligent (je plaisante hein )

Toute façon ma table basse est envahie par trop de bordel qui n’a rien à faire dessus pour faire Table Book :joy:


#12

Haaaan, j’adore ces passages! Je suis in love des digressions de Vivi dans les Misérables! 20 pages sur la nécessité d’offrir des poupées aux petites filles pour qu’elles apprennent (acquis) …leur nature même (innée) (selon LUI!) de maternage :rofl: Je suis pliée de rire à chaque fois.

Pour la guéguerre inné-acquis et pourquoi ça me fait rire, la philo, la psycho et l’anthropo ont de beaux ouvrages à fournir.
Sinon il y a aussi un roman de P. Auster, mais incapable de remettre le doigt sur le titre :thinking: