Et la littérature africaine?


#42

Je double poste pour la bonne cause, j’ai lu récemment No Home de l’autrice américaine d’origine ghanéenne Yaa Gyasi et c’était très chouette. Ça part de l’histoire au XVIIIème siècle de deux filles nées de la même mère mais qui ne se sont jamais rencontrées : l’une est mariée à un anglais, la deuxième capturée et emmenée aux Etats-Unis en tant qu’esclave. A partir de là, chaque chapitre suit le vie de chacun de leurs descendants, jusqu’à aujourd’hui.

C’est parfois très dur (en même temps vu le sujet abordé…) et je suis assez contente de voir son succès général parce qu’entre ce roman et ceux de Chimamanda Ngozi Adichie, j’ai l’impression que la littérature africaine (ou afro-américaine dans certains cas) commence à être beaucoup plus grand public qu’à une époque. Et plus on sensibilise à tout ces sujets, mieux c’est donc tant mieux !

Après pour le roman en lui même, ça se lit très bien (je l’ai lu très rapidement, le procédé fait qu’on a toujours envie de lire le chapitre suivant) mais je suis très déçue par le style, je ne sais pas si c’est du à la traduction ou non. C’est très simple (dans le sens pour une fois plutôt péjoratif du terme) et pas vraiment intéressant sur ce plan là.
Au final, j’ai passé un très bon moment de lecture mais je ne sais pas si je serai marquée très durablement.

(@JessP, puisque tu me demandais :wink: )


#43

Mille mercis à toi! :grinning: Je ne le mets donc pas en priorité dans ma wish list!


#44

Et cela n’aggrave pas du tout mon impatience :stuck_out_tongue_closed_eyes:
Par contre, du coup, j’ai plutôt envie de le lire en vo…:confused:


#45

Parfait! J’attends donc ton verdict avant de choisir si je le lis ou non et dans quelle langue. Un super travail d’équipe! :joy:


#46

Arf, non, il n’est pas en vo dans ma bibli ;), désolée ! Ca reste un souhait hypothétique…


#47

Si l’une de vous le lis en anglais j’aimerai vraiment avoir son avis en tous cas :blush:


#48

Aaaaargh je vais finir par le commander sur Amazon si vous continuez!!!


#49

Il n’y en a quand même pas fallu beaucoup pour que tu sois sur le point de craquer :joy:


#50

Juste plus de 4 mois d’attente à la bibli et je suis (encore) que 3ème sur la liste :disappointed_relieved:


#51

https://www.fnac.com/livre-numerique/a9312077/Yaa-Gyasi-Homegoing
Je résiste, je résiste, je résiste :laughing:


#52

E-N-F-I-N! J’ai pu le récupérer à la bibli! Boudiou de boudiou!


#53

Pffff, re-perdu à peine récupéré.
S’pas gagné pour le lire ce livre…


#54

Donc, après avoir récupéré le livre entre les griffes de mon-chat-qui-n’a-toujours-pas-de-nom, je peux enfin en parler.

Bon.

Je suis également mitigée.
Sur le fond, rien à dire…encore que. L’histoire d’une famille scindée entre le Ghana et les Etats Unis (résumé ultra synthétique ), un récit qui pourrait être foisonnant mais qui reste très sobre finalement, se construisant non sur la linéarité mais sur ses personnages.
Mon seul vrai problème avec le fond relève d’une parfaite mauvaise foi de ma part : sa trame originelle laissait toute la place pour des envolées et, voire même, soyons fous, du réalisme merveilleux. On était en plein dedans. C’était parfait.
Mais c’est pas.
Comment pourrais-je reprocher à l’autrice d’être restée réaliste? C’est son livre après tout! Et pourtant j’ai cette sensation de rendez-vous manqué, confirmé par la fin que l’on devine dès le début (avant même, puisque la simple lecture de l’arbre généalogique permet de l’anticiper), est un peu dommage. Cela affadit ce livre à mon sens. En toute mauvaise foi assumée.

L’autre raison, la principale en fait, de ce rendez-vous manqué est l’écriture.
Elle est bonne en soit : aucune erreur de stylistique, pas de vraie maladresse (ce qui, je le crains, me fait douter du problème de traduction qui en général se révèle avec des formulations bancales -comme chez Higashino chez Actes Sud par exemple), mais une écriture dans le plus pur style scénaristique.
Ce qui, couplée à une construction en épisode, fait beaucoup TROP penser à un très bon scénario de série. A tel point que très vite j’ai construit les scènes dans ma tête.
Comme les écritures filmiques (je vais prendre en parallèle dans cette catégorie deux extrêmes, Fanie Flagg d’un côté, Jasper Fforde de l’autre), elle se centre sur les personnages, très bien travaillés, mais ne parvient pas à recréer une ambiance réellement marquante. Il manque l’image. Logique.
C’est le “défaut” majeur de F. Flagg (à tel point que c’est la seule fois que je le dirais, je préfère le film au livre Beignets de tomates vertes). Des sujets marquants mais une ambiance tellement transparente qu’aucune scène ne parvient à imprimer la mémoire.
J. Fforde, autre écrivain du cinéma, réussit à surmonter cet écueil par le délire. Le mélange incongru et pourtant totalement réussi entre l’ultra réaliste et l’absurde absolu permet de marquer la mémoire du lecteur, pas seulement par ses personnages, mais aussi par des scènes particulières.
Il ne faut pas oublier que ce genre d’écriture très sobre a un avantage majeur : elle est très accessible. Et (pour une fois) je ne parle pas par antiphrase. Snobisme littéraire à part, c’est aussi une qualité de savoir rallier beaucoup de lecteurs différents. Même si ce n’est pas ma préférée en littérature, je lui reconnais son importance.

NB: NON, je ne parlais pas de Fforde que pour flatter Jasperounet, je mettais en balance les risques et avantages d’une écriture scénaristique :stuck_out_tongue_closed_eyes: .

Mais pour moi, cela ne pourra pas faire un roman culte pour la littérature. Si je repense à l’Autre moitié du soleil de Ngozi Adichie, j’ai immédiatement en tête le colis avec un savon qu’elle reçoit alors qu’elle meurt littéralement de faim. Des scènes, et beaucoup plus, des émotions de lecteurs, que je ne pourrais pas oublier.
Je n’ai pas vécu ça avec No Home (et pourtant, on sent qu’elle a vraiment essayé!)
Par contre, ce serait une excellente série (et si personne ne la réalise, ils sont bien crétins!!!).
L’importance du livre socialement par contre, c’est autre chose. Je pense à Racines, qui littérairement n’est pas dans mon top ten (ni hundred d’ailleurs) mais qui reste selon moi un texte à lire.

Si je devais le traduire en un mot, je dirais fade (enfin, pour un bon livre quand même :yum: )
C’est fichtrement dommage avec un tel matériel!!!

NB bis: c’est un premier roman. J’espère pour la suite. Ou alors elle se tourne vers le cinéma. J’espère encore plus!

NBter : En parlant de manque d’émotion en tant que lecteur, je repense justement à son personnage de Marjorie qui lit beaucoup, cherchant en vain cette émotion, “à être touchée”. C’est triste, parce que celle qui semble être l’alter ego de l’autrice me parait ne toujours pas avoir trouvé cette émotion dans la lecture. J’y ai vu une parabole involontaire qui m’a probablement plus marquée que le contenu même. Il fallait le faire!!!


#55

OK, donc tu as réussi à dire tout ce que j’ai pensé du roman cent fois mieux que moi :joy:
Mais c’est tout à fait ça, c’est très simple, très cinématographique (et comme toi j’ai tout de suite visualisé une adaptation en série, que j’apprécierai sûrement plus que le roman d’ailleurs), et ça a l’avantage que ça en fait un livre très accessible (ce qui est vraiment cool) mais pas assez marquant à mon goût.

Je suis contente de lire ton avis, je me sens moins dure :blush: (j’étais un peu déçue envers moi même de ne pas réussir à être aussi enthousiaste que tous les avis sur la toile !)

Bon, et vite vite la série !


#56

*La nana qui se réveille dix ans après…Ils ont vraiment traduit “Homegoing” par “No home”? VRAIMENT?
Je veux dire…

REELLEMENT???

hermione-harry-potter-choquee

Bonjour le choix éditorial tordu…


#57

Et bien voilà qui ne m’éclaire pas vraiment… Je vais vraiment finir par me faire une wish-list “Peut-être”! :wink:

Ben oui, maintenant que tu le dis, je suis d’accord: je me souviens bien des perso de Fannie Flagg, mais pour le reste, c’est plus flou et pour l’ensemble des Jasper Fforde, c’est en effet une bonne combinaison perso + situation délirante ! Mais sans toi, j’aurais été bien incapable de m’en rendre compte et quant à pouvoir l’exprimer…

Même si c’était uniquement pour le flatter, je trouverais ça justifié! Ploooooock!


#58

Entièrement d’accord avec @Pauline : toi et @Jacmel êtes toujours celles qui savent exprimer mieux que moi ce que j’ai pu penser d’un livre


#59

Héhéhé :yum:

De pas encore lue, il me reste Aminata Sow Fall qui est dans ma PAL depuis beaucoup trop longtemps et… Ken Bugul dont je n’ai aucun titre :flushed:. Je suis certaine d’en avoir entendu parler, mais…elle m’est sortie de la tête!

Je cherche ça immédiatement!

NB : il y en a beaucoup d’autres que ces 7 là!

Edit : Ken Bugul réservée en bibli, A. Sow Fall extraite des profondeurs


#60

Oh, cet article à l’air d’être fantastique! Je me le garde dans un coin pour bien prendre le temps de le lire (et d’ajouter des livres à ma PAL :innocent:) . Merci!


#61


:flushed:

réaction pas maligne de ma part, j’ai fait remonter Temps de chien dans ma PAL