Et la littérature Young adult ?


#41

Plongée dans La Passe-miroir 1 en loucedé…:yum:


#42

Les fiancés de l’hiver:yum:

J’ai eu beaucoup de mal à rentrer dedans (en gros j’ai passé deux semaines sur les 10 premières pages) avant de me forcer en mode si-on-me-l’a-conseillé-c’est-que-ca-vaut-coup…Et passé le premier quart (les 100 premières pages quoi), je ne l’ai plus lâché du tout (merci pour la nuit blanche).
Surtout que comme j’ai les trois dans ma liseuse, bah bien sûr, j’ai entamé le 2 (qu’est ce que tu peux faire d’autre à 2h du mat quand tu ne peux pas allumer la lumière, mmmh? dormir? Naaaaaan)
Mais là je vais me forcer à le poser. Passer à C. Funke et alterner les deux.

J’aurais juste un petit reproche : un chouïa trop prévisible depuis mes yeux d’adulte ( oui oui Thorn-Darcy, on t’a reconnu coquinou, va!) avec des références un peu grosses tout de même (surtout au début du deuxième tome d’ailleurs, donc je vais me taire), et un chouïa trop adulte pour des yeux d’enfants ( je refuse d’expliquer à mes enfants en quoi consistent les orgies du Clairdelune. Nan nan nan naaaaan. Nan. )
Ado quoi :joy: Oh wait! Ah bah oui, ok, c’est bon. :sweat_smile::older_woman:

NB : les passages floutés ne concernent “que” le premier tome.


#43

Coeur d’encre, page 2

Oupssss :sweat_smile:
J’aurais pas mieux dit…


#44

Contente que tu le lises ! Je suis étonnée que tu aies mis du temps à entrer dedans, j’ai accroché de suite !


#45

Il m’attend bien sagement dans mon calendrier de l’avent! :smile:


#46

Brrrrr, ben Coeur d’encre, je vais attendre avant de poursuivre la trilogie…
J’ai un petit agacement sur des faiblesses stylistiques parfois, pas du genre dramatiques mais suffisamment irritantes pour t’éjecter de l’histoire -par exemple la répétition incessante de je-veux-lire-un-livre-pour-chasser-la-peur, y compris aux moments les plus ridicules (oui oui, quand tu es enlevée, terrifiée, persuadée que tu vas mourir, ton premier réflexe, il me semble, c’est la survie).

Mais c’est essentiellement la qualité de son ambiance qui me fait reculer devant la suite : c’était extrêmement prenant, gluant, oppressant. Je pense qu’ado, je l’aurais trouvé très angoissant. On dirait un cauchemar dont on ne parvient pas à se réveiller malgré tous nos efforts.
Ce qui fait qu’au bout des 600 pages, on est plus soulagée de la fin du livre que du réel dénouement, ce qui est passablement dommage.
A conseiller à tout pré-ado qui adore se faire peur avec pleins d’aventures (plutôt pré-ado, c’est un peu infantile parfois)!!!

Je reprendrais la série quand je serais plus au calme je pense :sweat_smile: ou le soir d’Halloween…Parce que là, ça m’a mise sur les nerfs tout le temps de la lecture (soit dit en passant, c’est extrêmement pénible la perméabilité des mes humeurs à mes lectures).


#47

Et je ne saurais même pas dire pourquoi car le début est plutôt très bon.
Les moments qui auraient pu me faire décrocher sont arrivés plus tard (je trouve le personnage de Thorn un peu artificiel à côté d’autres personnages très bien rendus)…Mystère!
Mais l’essentiel c’est que je me suis accrochée grâce à ton commentaire! :blush:


#48

un jour de décembre, sous la couette avec un chocolat chaud? Farpait!


#49

J’ai terminé le troisième tome de la passe-miroir (oui, je suis boulimique, voilà, c’est posé-assumé-enregistré).

Rien à dire sur le global du texte, très sympathique de toute évidence sinon je ne l’aurais pas avalé à la suite .
Et d’ailleurs j’apprécierai que l’autrice se dépêche de nous livrer la suite :grinning:, merci!

Mais il y a un mais. Un point me met tout particulièrement mal à l’aise dans les rapports des deux héros.
J’ai beaucoup hésité avant d’en parler, parce que je ne veux crisper personne…mais je craque.
A ne lire que si 1-on le souhaite, 2-on a lu les trois tomes parus

commentaire à ne pas lire

Reprenons les rapports entre Thorn et Ophélie deux minutes : premier tome, elle découvre son pouvoir (un des) familial, les griffes. J’étais mal à l’aise devant l’évidence de cette acceptation : ma belle-famille me maltraite, et encore plus, beaucoup plus, devant cette quasi-certitude d’Ophélie qu’elle aurait un jour à craindre les griffes de Thorn…ie sa violence.
Toutefois, dans le premier tome, cela pouvait passer pour une conséquence de ce système de mariage arrangé dont on ne peut soupçonner que l’autrice y est favorable. Dans chaque tome elle nous présente une dystopie effrayante pour ses raisons propres, ici, c’était le maternalisme bon teint mais bien ancré des Doyennes. Ok. Okay.
Deuxième tome, pas de problème. (d’ailleurs, c’est peut être bien mon préféré du coup).
Ok.
Maintenant, arrivons en au dénouement de l’histoire Thorn-Ophélie, au fait qu’il “ne maitrise pas ses griffes” et peut donc l’attaquer à tout moment, y compris sans le savoir. Qu’il le fait. Et qu’il le dit. Et qu’il lui demande expressément de ne rien faire pour déclencher ses griffes et elle accepte. EUH.
Laissez moi traduire ça en langue-monde-réel, si vous le voulez bien : j’ai une part de violence en moi que je ne maitrise pas. Je t’ai agressé et je risque encore de le faire, mais ce n’est pas à moi d’y faire quoi que ce soit, c’est à toi de faire attention à ne pas déclencher ma violence. C’est de ta responsabilité. Et à partir du moment où tu l’acceptes, tu ne peux pas revenir dessus (souvenez-vous “Je ne vous laisserais pas reprendre vos paroles”).
Ca vous parait moins romantique tout de suite? Normal. Nous sommes dans le schéma classique de la Belle et la Bête, à savoir : homme violent, femme responsable de le calmer.
Romantique? Non.
Dangereux? Oui. C’est même l’argument de fond des femmes battues pour rester auprès de leurs bourreaux.

Je suis (encore heureux) parfaitement capable d’apprécier le délicieux moment de détente de cette série de livre indépendamment de ce point.
Mais, j’en suis désolée, je devais le soulever. Parce que je pense, sincèrement, que c’est notre silence qui permet à des générations de continuer sur les mêmes réflexes de pensées

J’espère vraiment n’avoir fâché/déçu/crispé personne :flushed:


#50

Je ne peux parler que pour moi mais ton commentaire me m’a pas déçu du tout.

...suite (je ne sais pas si cela mérite d'être caché mais dans le doute...

Je n’ai jamais eu de problème à apprécier un livre/film en dépit de problèmes sous-jacents mais j’aimerais qu’ils soient moins souvent présentés comme comportement normaux et acceptables.

Je suis une grosse lectrice mais j’ai tendance à profiter de mes lectures sans les analyser. Je ne pense pas que ce soit un gros défaut en soit mais c’est un peu de la feignantise mentale et j’essaie d’y remédier.

Les points que tu as soulevé sont très justes et j’avais le meme ressenti sans pouvoir mettre le doigt (ou les mots) sur ce qui me gênait réellement.

Donc merci d’avoir exprimé ton avis.


#51

Je n’avais pas du tout relevé ni fait le rapprochement… :flushed:


#52

@Jacmel : C’est tellement dur de ne pas cliquer sur ton spoiler haha, je crois que cet hiver je vais lire la saga juste pour pouvoir l’ouvrir !

Et tu m’intrigue fortement pour Cœur d’Encre. Infantile, ça ne m’étonne pas (j’étais pré-ado quand je l’ai lu) mais je n’avais pas du tout le souvenir de quelque chose de très angoissant. Et en même temps c’est une époque où j’adorais les œuvres qui font gentiment peur (j’étais fan de Sleepy Hollow et compagnie à 11 ans :ghost:) donc ça ne m’étonne pas que le livre m’ait plu vu ce que tu en dit.
Il faut vraiment que je le relise :blush:


#53

‘’ Je suis celle qui reste. Je suis celle qui doit raconter. Je les ai connus tous les deux, je sais comment ils ont vécu et comment ils sont morts ‘’

Claire est la meilleure amie d’Ella, elle est présente au moment de son coup de foudre avec Orphée qui a su rendre Ella si vivante mais qui a causé sa perte, et qui est prêt à descendre aux enfers pour la ramener.

Lecture assez déroutante. Le mythe d’Orphée et Eurydice est bien respecté dans cette réécriture . L’histoire est poétique, onirique, presque magnifique mais y a un mais…

Je suis incapable de vous dire si j’ai apprécié ce roman. Les personnages sont étranges et y a un je ne sais quoi qui m’a perturbé. Des adolescents qui passent plus de temps à errer en buvant (beaucoup) de vin bon marché, de bières, tous les soirs, et jouer de la musique, des figures parentales (voire seulement adultes) absentes, ou non respectées. Le portrait d’une jeunesse fragile, portrait assez noir pesant voire parfois pessimiste j’ai trouvé.
L’impression que ce livre se passe dans un autre espace temps ou tout du moins que cette bande d’ado est dans une bulle bien à eux, imperméable (ou alors qu’ils ont trop bu et sont complètement perchés :joy:)

Concernant Orphée et Ella, puisque c’est leur histoire que Claire raconte, la fragilité apparente de leur relation, l’aspect touchant de ce premier amour irrationnel est devenu pour ma part fatiguant, mais il respecte le mythe alors je suis passée outre plutôt aisément.

Et pourtant malgré tout cela je n’ai pas détesté ce livre, je ne l’ai pas aimé non plus ceci dit, ce n’est pas une lecture décevante. Je suis amatrice de mythes et j’ai apprécié cette plume ou se mêlent poésie, lyrisme, onirisme, noirceur. Mais là pour le coup je suis quand même déroutée de cette confusion des sentiments. Et d’un autre côté Claire est assez confuse quand elle raconte l’histoire, c’est peut-être ça justement qui fait que… En fait je sais pas… Pitié lisez le, aidez moi


#54

Voilà une fin de post qui appelle une réponse! :joy:
Bon, à défaut de le lire (tout de suite) et de te donner mon avis, je suis allée farfouiller sur le net, intriguée par ton ressenti mitigé, et j’ai trouvé qqs avis qui globalement ressemble au tien: ici, ou encore là!


#55

Sur babelio y a des avis identiques au mien, y a le premier ‘’ là’'qui y est posté aussi d’ailleurs.

Je ne suis pas fan du dernier avis j’ai du mal avec les ‘‘le lecteur est happé ‘’ ‘’ le lecteur ceci’’ non non je suis une lectrice de ce livre et je ne suis pas ‘’ happée ‘’ :rage:
J’aime pas trop les généralisations, même si mon imperfection m’en fait faire parfois ( et ma perfection me le fait reconnaître :stuck_out_tongue_winking_eye: :joy: :rofl: )

Mais ouais lisez le et dites moi lol.


#56

Coupine! :blush:


#57

:blush: ben c’est vrai je trouve cela pénible les généralisations.
Genre notamment avec les polars où l’on vient te dire que le lecteur est plongé dans un suspens de fou jusqu’à la fin. Alors qu’au bout de 3 chapitres j’ai déjà le tueur, le numéro de secu de sa mère et le nom de son instit de maternelle :joy:


#58

Le mooc sur la littérature jeunesse que j’ai suivi proposait des vidéos d’entretiens avec Christelle Dabos: quelle excellente excuse pour me plonger dans la Passe-Miroir!

J’ai lu les deux premiers tomes à la suite, puis le 3e avec un léger décalage, ce qui (complètement par hasard) correspond à la temporalité des romans.

Mon avis est au final assez mitigé: l’univers est riche et intéressant, l’écriture agréable et je me suis vraiment régalée avec le premier tome, à quelques détails près (le 28e “le ciel de ses yeux” m’a un rien agacée). Par contre la fin du 2e tome et l’ensemble du 3e me laissent perplexe. Je trouve les personnages attachants et j’ai envie de savoir ce qu’il va leur arriver (et en cela ces romans sont d’excellents page-turner) mais l’histoire en elle-même semble partir un peu en cacahuète. :thinking:

Concernant la forme, j’ai trouvé que tout allait très vite, mais c’est une remarque que j’ai souvent avec la littérature jeunesse/ young adult. Si l’histoire générale, la quête du “mais qui donc est derrière tout ça et pourquoi?” s’étend bien sur les trois tomes (et le prochain), les intrigues secondaires s’enchainent rapidement et les situations a priori inextricables se résolvent en à peine qqs pages. Par ailleurs, j’ai trouvé que la plupart des personnages étaient définis seulement par 1 ou 2 qualités/défauts/comportements, ce qui rend les niveaux d’interactions assez basiques (et parfois répétitifs).

Venons-en à la relation entre Thorn et Ophélie: la midinette en moi voulait absolument savoir ce qui allait se passer (oui, même si c’est cousu de fil blanc depuis le début :innocent:) alors que l’adulte-qui-a un-peu-vécu ne pouvait s’empêcher de lever les yeux au ciel devant tant d’immaturité (scoop: la communication, c’est la base :roll_eyes:).

Bref, je lirai quand même le tome 4 à l’occasion, des fois qu’il “rattrape” les deux du milieu :smirk:.