Et vos avis sur les romans Gros Lecteurs de novembre / décembre!


#1

Tant qu’on y est, on ouvre aussi le topic sur les livres des Gros Lecteurs!

Alors, y’avait

  • La marche de l’incertitude
  • Gioconda
  • N’aie pas peur si je t’enlace

Je me rends compte, 3 livres qui parlent d’amour quand même…

A vous lire!!! :slight_smile:


#2

Gioconda

L’histoire est simple et universelle: l’éveil du sentiment amoureux et la découverte de l’amour physique entre deux adolescents. Il doit exister des centaines de romans sur ce thème.
Là où ça devient peut-être un peu moins banal (quoi que: on écrit rarement sur des choses qui vont parfaitement bien: “les gens heureux n’ont pas d’histoire”), c’est que l’histoire se déroule en Grèce, au moment de l’occupation allemande nazie, entre un chrétien et une juive.
Et là où ça devient carrément merveilleux, c’est que c’est superbement écrit: j’en garde le souvenir d’un roman traversé par la lumière, la beauté et l’urgence que ressentent les deux amoureux, et qu’on ne peut qu’approuver, parce que nous, lecteurs, savons dès le début que cela va mal se terminer.

Alors que d’habitude les scènes d’amour me mettent mal à l’aise (je crois que j’ai du mal avec le côté voyeur, même dans un livre :sweat_smile:), ici, je les ai trouvées magnifiquement rendues: l’impatience, l’insatiabilité, la découverte, les sentiments qui exacerbent la découverte physique. Bref, j’ai trouvé ça beau, pur, innocent, lumineux, même si l’on comprend parfaitement ce qu’ils sont en train de faire (mais les descriptions ne sont jamais vulgaires).

Et j’ai trouvé terriblement émouvante la fin où l’auteur nous apprend qu’il a écrit ce livre pour que ne meurent jamais ni son amour de jeunesse, emportée par la barbarie, ni leur merveilleuse histoire.

:new_moon::waxing_crescent_moon::first_quarter_moon::full_moon::waning_gibbous_moon::last_quarter_moon::waning_crescent_moon:

N’aie pas peur si je t’enlace

Voilà tout à fait le genre de livre que j’aime: on y traite d’un sujet sérieux et peu (ou mal) connu, de façon romancée et avec beaucoup d’humour et de tendresse, ce qui fait qu’on y apprend/comprend plein de choses, de façon agréable, et que l’identification et l’empathie fonctionnent bien.

J’ai aimé ce pari a priori complètement fou de partir faire le tour de l’Amérique en moto/avion/voiture avec un ado autiste, le fait que ce voyage ne soit au final ni un enfer, ni le paradis, mais juste un long voyage, avec ses hauts et ses bas, que le père protège son fils mais sans pour autant le couver et le laisse faire ses propres expériences, toute la réflexion autour de l’autisme et de ses conséquences sur la vie familiale à tous les âges, la volonté constante du père de vouloir communiquer avec son fils, d’entrer dans le monde de son fils autant que de le faire interagir avec le monde qui l’entoure.

Si ce livre m’a permis d’entrouvrir une petite porte sur l’autisme et d’avoir peut-être un peu moins d’idées préconçues, il ne s’agit cependant que d’un seul exemple, pas forcément très représentatif de la réalité du plus grand nombre (il semble qu’il faille des ressources infinies d’amour, d’énergie, de temps et d’argent pour s’occuper d’enfants “différents”).

:fish::tropical_fish::fish::tropical_fish::fish::tropical_fish:

La marche de l’incertitude

Honte à moi, je ne me souviens de presque rien :disappointed_relieved: Je crois que je l’ai lu hyper rapidement, quasiment d’une seule traite.
Je garde le souvenir d’une succession de coincidences, d’une chambre remplie de livres qui m’a fait rêver, d’une histoire d’amour, d’un chercheur, le tout, dans un grand flou de part et d’autre de la méditerranée!
Par contre je trouve la couverture super jolie et très agréable au toucher. :innocent:


#3

Gioconda : j’ai trouvé la lecture de ce petit livre agréable et touchante cette histoire d’amour entre deux adolescents. Et même si on connaît la fin, hélas, j’ai pleuré comme une madeleine en lisant les derniers paragraphes qui sont sublimes :cry:.

La marche de l’incertitude : j’ai beaucoup apprécié ce petit livre. C’est frais, original, on dirait du Amelie Poulain, ça m’a bien plu !

N’aie pas peur si je t’enlace : même si je préfère les romans, les histoires à ce genre de carnet de bord ou de voyages, ce livre m’a touchée en ce qu’il raconte une maladie de manière à la fois très réaliste et crue et poétique. Je me suis attachée à ce jeune Andrea et à son père qui a eu le courage d’offrir à son fils de nouveaux horizons. Je crois que je penserai longtemps à eux…


#4

M’en parle pas j’étais à la salle de sport… J’ai pleuré sur le vélo


#5

Bon…je suis très en retard mais je lis rarement mes livres juste après leur acquisition. J’aime les laisser mariner un peu:blush: histoire de laisser de côté mes a priori et la raison pour laquelle je les ai acheté avant de les commencer.

La marche de l’incertitude

J’ai été très surprise par ce livre. Avec un titre pareil, je ne m’attendais pas à une histoire aussi fraiche et légère. Je me suis volontiers laissée emporter par ces personages et leurs histoires. J’étais ravie chaque fois que je comprenais leur lien. J’ai beaucoup aimé la façon dont tous les fils se retrouvaient et prenaient leur sens à la fin.

Et pour finir merci, merci, merci à @marjorie-founder/@Nawelle-Admin d’avoir caché la 4ème de couverture avec un bout de papier parce que je l’ai retourné après ma lecture et effectivement tout ou presque est révelé. Quelle idée d’empêcher le lecteur de douter en révélant la fin d’un livre qui s’appelle La marche de l’incertitude!