Quelle est votre lecture du moment ?


#1163

Entre deux livres néo-zélandais en VO, je me suis accordée une petite pause détente avec La dernière réunion des filles de la station service, de Fannie Flagg.

Encore une fois, l’écriture n’est pas formidable, on est plutôt dans du page turner efficace, qui se lit vite, sans rien qui accroche. Après avoir lu de la même autrice Miss Alabama et ses petits secrets, je ne suis pas sûre que j’aurai lu celui là sans l’avis plutôt positif de @Jacmel. Et j’ai bien fait, parce que j’ai découvert la formidable histoire des femmes aviatrices durant la seconde guerre mondiale, ainsi que la façon dont elles ont été traitées ( et leur mémoire encore en partie également :rage:).

Bref, une jolie petite lecture de vacances, moins niaise qu’il n’y paraît au premier abord!


#1164

Je suis en train de lire Mma Ramotswe détective d’Alexander Mc Call Smith, recommandé par vous et j’aime beaucoup ! Ma mère aussi ! Merci pour cette découverte !


#1165

Très heureuse que cela te plaise!! Bonne lecture!


#1166

Mes lectures locales m’amènent à découvrir un peu plus la culture maorie et sa relation avec la culture européenne, perçue comme dominante ( et dominatrice).

The Matriarch de Witi Ihimaera me laisse la même impression que La femme de Parahika du même auteur : il faut quand même bien s’accrocher ! Le récit est en effet bien loin d’être linéaire et entremêle le passé légendaire / mythologique des maoris, la vie de la grand mère du narrateur, l’enfance du narrateur et sa vie dans les années 90. Le tout en anglais mêlé de maori ( prières et légendes en partie traduites mais également des mots passés dans l’anglais de Nouvelle Zélande ou pour le moins compris) avec qqs chansons en italien…

Je suis passée à côté d’une grande partie de l’aspect historique du combat des maoris pour leurs terres et leur culture, en raison de mes faibles connaissances en la matière, mais cela m’a permis de mieux connaître l’attachement de ce peuple à son territoire, l’importance des ancêtres, des esprits, de la famille et plus généralement du clan dans leur vie.

J’ai approfondi la relation entre les deux cultures avec Matuwhenua - The moon sleeps de Patricia Grace, qui raconte l’histoire d’amour entre la narratrice maorie et un pakeha ( néo-zélandais d’origine européenne).
La culture et le mode de vie maoris ont tellement été infériorisés que dès son plus jeune âge elle souhaite vivre à l’européenne, se choisi un autre prénom, a honte de la façon dont ses parents s’habillent, de leur maison, de leur cuisine, de leurs légendes, etc. Et c’est en partant de chez elle et en vivant avec un européen qu’elle se rend compte à quel point elle est maorie.


#1167

Je suis en train de lire Les fiancés de l’hiver, premier tome de la saga La Passe-Miroir de Christelle Dabos et j’a-do-re ! Quelle richesse ! Quels personnages ! J’aime beaucoup les dialogues aussi, vifs et qui empruntent souvent des expressions surannées. Ma mère est fan aussi, ce livre ne l’a pas laissée dormir !


#1168

J’ai particulièrement aimé Ophélie… Douce (?) mais très forte et intelligente tout en ayant ses petites particularités (et dons) ; elle laisse présager une sacrée héroïne pour la suite! Et ce que j’ai aimé c’est la manière dont Christelle Dabos arrive à nous faire imaginer son monde. Quant à Thorn, je suis certaine que sa froideur n’est qu’une “surface” (personnage sexy?) et sa tante, je l’imagine comme Cersei de Game of Thrones (alors qu’elle n’est pas décrite physiquement ainsi).

Les tomes suivants sont dans ma whishlist pour l’automne parce que cette saison s’y prêtera parfaitement!


#1169

@Emilie @Liligwen Oh vous allez tellement vous régaler avec les tomes suivants ! Moi j’avais bien aimé le tome 1 mais il me manquait un petit quelque chose, alors que j’ai vraiment adoré les tomes 2 et 3 ! Attendre le tome 4 va être bien trop dur :sob:


#1170

Bon ben voilà, j’ai intoxiqué mes enfants à Cat’s Eyes…ils sont fans :laughing:


#1171

Je considère cela comme une grande victoire!! :joy:


#1172

Suite à ma lecture de Un goût de cannelle et d’espoir, je voulais lire d’autres livres sur le lebensborn et vous m’aviez conseillé Max de Sarah Cohen-Scali.
Ce livre est terrible! Moi qui pensais avoir déjà lu pas mal d’horreurs sur cette période de l’histoire, je découvre que très certainement, je ne connais que la partie émergée de l’iceberg. :cold_sweat:
Comment peut on en arriver à créer des êtres humains prétendument parfaits ( et si ce n’est pas le cas, hop, poubelle) et les endoctriner depuis la naissance dans cette idéologie de haine??? C’est juste glaçant de lire ce que le petit Max de 3 ou 4 ans est capable de penser!
Et je pensais également que les allemands " pure souche" ( quoi que cela puisse vouloir dire) était relativement épargnés, mais non, la terreur régnait y compris parmi eux, avec la glorification de la délation ( en plus de celle du corps parfait et d’un esprit non corrompu, c’est à dire non éduqué :nauseated_face::scream:).
Bref, pas un livre facile à lire…

Et petite déception avec Eve de Marek Halter. Je me souviens avoir adoré sa trilogie “La bible au féminin”, tant par le style que par les histoires très " girl power" ( enfin, dans la limite du patriarcat en vigueur à l’époque… Disons que contrairement à la bible, les femmes sont aussi des sujets avec un minimum de capacité de décision). Et bien je n’ai rien retrouvé de tout cela dans ce roman et c’est bien dommage!


#1173

Et @Liligwen
J’ai fini le premier tome. J’ai adoré. L’univers. L’intrigue. Les personnages. L’écriture. Les “Nom d’un démêloir ! Tes cheveux sont un sac de noeuds !”, “Nom d’un cornet à pistons !” qui émaillent les dialogues. @JessP, @Jacmel, vous l’avez lu ? Obligation de le lire !
Moi, j’ai imaginé Monica Bellucci en Berenilde alors qu’elle est censée être blonde !
Par contre, j’ai un gros gros problème : les autres tomes ne sont pas sortis en poche. Je ne peux décemment pas les acheter alors que le premier tome est en poche, ça va faire tâche dans la bibliothèque :scream: !
Nom d’une étagère !


#1174

Ah ben c’est demandé si gentiment, comment refuser? :joy:

Bon aller hop, dans ma super méga longue wish-list! Mais ne t’attends pas à ce que je te donne mon avis dessus tout de suite :grin:


#1175

Il est dans la bibli en bas de chez moi qui est fermée jusqu’en octobre…il va falloir patienter :grin:


#1176

Je récupère mon retard des derniers jours ^^

Alors lui il me fait de l’oeil depuis un sacré bout de temps et je me tate vraiment. J’avais peur que ça soit trop “enfantin” et de ne pas l’apprécier à sa juste valeur… Quoique finalement quand je vois le roman Budo sur la vie d’un ami imaginaire il est assez enfantin… Moi et mes contradictions :joy:

Je n’ai pas de difficulté en soit à intégrer la féminisation des mots. Mais je pense que c’est assez lié à mon cadre pro où “homme ou femme” on écrit au “confrère” et que la personne chez qui je travaille se dit “avocat” et non “avocate”, d’ailleurs pas la première femme que je rencontre dans ce domaine qui préfère le terme “d’avocat”. C’est assez propre à tout un chacun en fait, et je m’adapte assez bien aux personnes, si je sais qu’une personne préférera qu’on lui dise “Chère Consoeur” je le ferai sans sourciller, de même pour les mots autrice, doctoresse et autres…

En revanche j’ignorais la suppression du terme sous Richelieu, merci pour me l’avoir appris (j’adore apprendre des choses dans n’importe quel domaine, enfin ça dépend y a des domaines j’y pipe rien lol)

C’est en ça que ce livre est déroutant, nous sommes “habitués” malheureusement aux lectures sur cette thématique là avec la diffusion de leurs idées. Mais on y est “habitués” de le lire, l’entendre, de la bouche d’adulte.

Là venant d’un enfant créé, formaté pour penser comme ceci c’est encore plus déroutant et l’impact et plus fort.

J’ai adoré ma lecture de ce livre mais il est vraiment très très dur.

J’ai les deux premier tomes dans ma bibli, faut que je m’y colle!!!

Sinon de mon côté

Petit mois de Juillet en terme de lecture pour ma part, enfin comparé au mois de juin où j’ai lu 17 “ouvrages” (romans+BD), là j’en ai lus 4. Et j’ai plutôt tout bien aimé. (le dernier brûleur d’étoiles, mosquitoland, trouée dans les nuages, morwenna ; degré de flemme de mettre les auteurs : degré très très élevé ^^)

Actuellement je lis Histoire d’une mouette et du chat qui lui apprit à voler et je dois poursuivre la fille du train que j’ai complètement abandonné pour me plonger corps et âme dans Morwenna

(woooh je viens de vivre un grand bonheur!!! sans le vouloir j’ai ouvert une autre page par dessus cette onglet avant de publier mon commentaire et je l’ai retrouvé en l’état en revenant sur le salon pensant devoir tout recommencer!!!, la vie est faite de bonheurs simples!!!)


#1177

Je suis en train de lire Derive sanglante (abonnement de mars) et pour moi, Stoney Calhoun est définitivement Matthew McConaughey :heart_eyes:


#1178

Je viens de terminer Le dimanche des mères de Graham Swift, dans la jolie collection Gallimard, Du monde entier (je trouve que les couvertures sont toujours très belles). C’est un court roman qui raconte une journée dans la vie de Jane. LA journée dont elle se souviendra toute sa vie. Ce dimanche de mars 1924, c’est la journée des mères : il est de coutume que les domestiques aient leur journée pour la passer auprès de leur mère. La jeune bonne Jane est orpheline et cette journée, elle va la passer avec son amant secret, fils de bonne famille qui doit se marier dans deux semaines.
Le roman est un petit bijou, une véritable prouesse, qui raconte, par petites touches, par maintes répétitions, comme une toile impressionniste, cette journée qui marquera à jamais la narratrice.
Un roman intense et triste.


#1179

Du coup je n’ai pas repris La fille du train mais j’ai commencé le second livre reçu pour juillet.


#1180

Bien d’accord!!! :wink: :wink: :wink:


#1181

Traduction, traduction…J’avais déjà croisé des mauvaises traductions (Chez Hannah Arendt, horrible…alors même que c’est une philosophe très lisible! Elle était transformé en Habermas) ; des traductions aux choix douteux (j’en parlais pour Chaka) mais aujourd’hui, j’ai croisé une traduction datée : dans Epépé de Ferenc Karinthy, tu lis tranquillement un livre somme toute très sympathique pour tomber de temps en temps, comme ça au détour d’une page, sur des “nègres” parsemés ici et là…Ben voyons. Et ben oui, les traductions, ça vieillit aussi.

Enfin bref. Ce roman reste à lire, tant il sait retranscrire l’inquiétante étrangeté de se retrouver immergé dans un pays dont on ne comprend rien en poussant à l’extrême cette sensation avec ce pauvre personnage, linguiste perdu dans un pays dont il ne reconnait pas la langue et où personne ne parle les mêmes langues que lui (une dizaine tout de même)…


#1182

Voilà t’y pas que mon mari me martyrise : j’ai interdiction de dépasser un livre (et demi?) par jour :triumph:!