Quelle est votre lecture du moment ?


#1243

On peut aussi se plaire dans ce qu’on fait, hein! Ce n’est pas interdit :rofl:

Mon vrai problème à moi c’est d’être incapable de faire une seule chose à la fois. Ni deux. Ni trois. J’archi cumule les activités :crazy_face:


#1244

j’arrive à liiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiire!!! Nous avons un gagnant après 4 livres abandonnés !!!

Sauf qu’il est court (trop court!!! c’est un roman/nouvelle de moins de 90 pages, 88 pour être précise) Les heures silencieuses Gaëlle JOSSE

le point de départ du roman c’est la toile du peintre Emmanuel De Witte : « Intérieur avec femme à l’épinette ».

A partir de ce ce tableau l’auteur tisse l’histoire de son personnage qu’elle décide être la femme que l’on voit de dos sur la toile.
Cette femme?

Magdalena Van Beyeren. Née à Delft, ville de Hollande méridionale chère à Vermeer, Magdalena grandit en rêvant de navires et d’horizons lointains que le négoce d’un père armateur lui ouvre. Elle aurait pu se lancer dans les affaires maritimes, elle en rêvait mais là n’est pas la place des femmes, une autre voie va s’ouvrir à elle, alors qu’elle sera encore jeune, celle du mariage.
Magdalena s’adresse donc à nous (j’aime le fait que ça soit écrit à la première personne), elle évoque son enfance, sa vie d’épouse, de mère, et tout cela va lui permettre de faire un aveu, un lourd secret, ses désirs interdits… Nous sommes son journal intime en fait :smile:

Je ne l’ai pas fini, j’en suis au début je voudrai le lire tout d’un coup, surtout 88 pages, mais je me freine car je sors juste d’une panne donc je veux en apprécier chaque mot.

«Ce que nous tentons de bâtir autour de nous ressemble aux digues que les hommes construisent pour empêcher la mer de nous submerger. Ce sont des édifices fragiles dont se jouent les éléments »


#1245

Je suis contente qu’il t’ait plu :blush:
Oooh et ça colle super bien Benedict Cumberbatch ! Pour moi je voyais tout à fait Harry Lloyd ou Rob James-Collier dans le rôle.


#1246

Je suis en rogne ! Je suis en train de lire une belle daube ! Marquise de Joanne Richoux. L’histoire : (j’ai tellement la flemme que je vous copie-colle le résumé de Babelio) https://www.babelio.com/livres/Richoux-Marquise/929688
Ça pourrait être bien mais c’est d’une lourdeur… d’un argot forcé…
Alors j’abandonne, voilà, na !


#1247

tu as bien raison, il y a trop de bons livres pour perdre son temps à lire des daubes :sweat_smile:


#1248

Lecture du moment, grâce/à cause de @JessP, Witi Ihimaera…J’adooooore!! Vu le prix des éditions françaises , et le fait qu’il n’y ait qu’un titre en bibli (Bulibasha, celui que je lis en ce moment), je vais devoir passer par la VO…


#1249

Je suis très heureuse que ça te plaise! Je n’ai pas (encore) lu celui là, et je suis en effet beaucoup passé par la VO.


#1250

Toujours dans le même livre qui est bien mais rébarbatif au possible. Du coup ça devient souvent !?;*/;!:)_ (auto censure)

Et c’est bien dommage car il se dégage plein de choses de ce livre, mais malheureusement les actions quotidiennes des personnages étant relatées et comme pour tout un chacun elles sont assez similaires d’un jour à l’autre… Ben j’ai souvent l’impression de lire la même chose d’un chapitre à l’autre.

Je me trouve donc incapable de parler en bien de ce livre qui est pourtant loin d’être détestable, et qui dégage au contraire une certaine force.

En revanche je suis plus sceptique sur l’aspect pertinent du “roman jeunesse”

Le livre c’est " de longues nuits d’été " (traduit à partir de l’hébreux, c’est ce qui m’avait attiré car c’est rare, et surtout “écoles des loisirs”!!!)


#1251

Je viens de terminer Aristote et Dante découvrent les secrets de l’univers, roman jeunesse de Benjamin Alire Saenz.
Déjà, la couverture est craquante…


Et l’histoire, touchante : Aristote et Dante sont deux adolescents diamétralement opposés mais qui vont devenir les meilleurs amis du monde. Ensemble, ils vont partir en quête de leur identité et découvrir les secrets de l’univers.
Une jolie découverte, une lecture agréable.


#1252

Petit bonheur de lectrice: après avoir lu l’un des livres de l’abonnement de septembre, je me suis rendue compte que j’avais depuis un moment dans ma PAL, Le vieux qui lisait des romans d’amour, du même auteur. Superbe excuse pour le lire, je me lance et en ouvrant la première page, je découvre que ce livre a été traduit de l’espagnol par François Maspero, dont je suis en train de lire depuis plusieurs semaines, par tout petit morceau, le livre Les abeilles et la guêpe. Voilà une jolie coïncidence qui me donne le sourire rien que d’y repenser! :grinning:


#1253

Coucou
peu de temps pour venir ici ces dernières semaines ( le boulot et toujours le boulot… ), mais voici mes dernières belles lectures :slight_smile:
je ne sais plus qui avait conseillé Flannery O’Connor ici mais merci à elle !
super découverte ! j’ai lu un super recueil avec, entre autre, Mon mal vient de plus loin et Pourquoi ces nations en tumulte et j’ai adoré !
Je crois que Le pont invisible avait aussi été conseillé ici, et ce livre m’a marquée et m’a hantée pendant plusieurs jours … pour ma part, complète découverte car j’ignorais tout de l’histoire des juifs hongrois pendant le guerre !


#1254

ça y est, c’est officiel, je suis une fan absolue de Chimmanda Ngozi Adichie ! :heart_eyes:
Son style inimitable, son féminisme, sa manière bien à elle de nous faire découvrir son pays en ayant l’impression d’y vivre ( moi, honnêtement, j’ai vécu pendant quelques jours au Nigéria à chaque roman…), son intelligence, qui transparaît à chaque page …
j’avais adoré **L’autre moitié du soleil, qui raconte la guerre d’indépendance du Biafra vue de l’intérieur, j’ai donc continué avec L’hibiscus pourpre, où elle aborde encore plusieurs sujets graves, comme celui de la religion allant jusqu’au fanatisme, mais aussi celui de la tyrannie, de la maltraitance… ça a l’air sérieux, voir triste, mais on rit aussi beaucoup dans ses livres, et on s’attache surtout beaucoup aux personnages, qui sont une pure merveille.
j’ai donc continué avec Nous sommes tous des féministes
je cite :
"Et voici le point de départ : nous devons élever nos filles autrement. Nous devons élever nos fils autrement
tout est dit , non ?
voilà, et ce qui est bien, c’est qu’il m’en reste encore à lire car je viens de commander Americanah, que j’ai hâte de découvrir !


#1255

Bon, je me suis dit, je ne reste pas trop longtemps sur le blog, sinon je vais encore commander des livres (et j’en ai déjà plein dans ma PAL )
ben voilà, c’est reparti : je viens de commander Les fiancés de l’hiver et La servante écarlate
tout ça à cause de vous !:wink:
Quand je pense qu’avant de venir ici la notion même de PAL m’était étrangère : livre acheté ou emprunté, livre aussitôt lu et je pleurais auprès de copines pour qu’elles me prêtent des livres ou me donnent des idées de livres à lire !
ce blog est dangereux !..:slight_smile:


#1256

Je l’avais reçu dans un calendrier de l’avent Explortology et j’avais vraiment bien aimé aussi.

Tous les deux dans ma PAL. Il va vraiment falloir que je découvre cette autrice!


#1257

Lus il y a longtemps, mais un très bon souvenir!


#1258

ça y est, enfin le temps de revenir par ici…et de lire tout ce que j’ai raté :wink:
l’été e rythme est effréné, et voilà octobre qui débute, plein de promesses … et une PAL qui n’a pas cessé d’augmenter.
En ce moment je vogue sur La Conversation Amoureuse (d’Alice Ferney), qui attendait depuis au moins 2 ans sur la table de nuit; Son Excellence Eugène Rougon de Zola, est toujours en cours (pffff…je m’y ennuie…) et en audio Le Rapport de Brodeck (j’optimise les trajets au volant), woauouh, dur dur…
et là je vais craquer pour l’abonnement de ce mois-ci, parce que je le vaut bien!


#1259

Après plusieurs romans courts, ou romans plus essai que véritable histoire, j’ai plongé avec délice dans Portrait sépia d’Isabel Allende, en sachant que j’allais suivre les personnages sur plusieurs années et plusieurs centaines de pages.

On y retrouve certains personnages de Fille du destin, quelques années plus tard, entre la Californie et le Chili. Au travers de l’histoire d’Aurora, de sa naissance à trente ans, de nombreux thèmes sont abordés: la filiation et les secrets de famille, l’exil et le retour d’exil, le racisme et le snobisme, le pouvoir et l’argent, mais également le vieillissement (en particulier féminin), le conformisme ou la rébellion face à ce que l’on attend des femmes en cette fin de 19e siècle. Les personnages féminins sont forts, complexes et attachants et c’est très agréable à lire, ce qui ne gâche rien!

Bref, rien de révolutionnaire mais une très jolie lecture doudou.


#1260

Bon j’ai encore abandonné “l’oubli que nous serons” mais je sais que j’en verrai le bout.

Je DOIS vous parler d’un livre, il ne plaira très probablement pas à tout le monde tant le sujet et tabou (très tabou). En revanche petit bonus au top, l’anxiété/phobie sociale y est abordée et bien présentée, et ça s’est top (mais ce n’est pas le sujet principal du livre, juste un trait d’un des personnages)

Donc : FORBIDDEN Tabitha SUZUMA

Maya (16 ans) et Lochan (17 ans) sont frères et soeur, ensemble ils doivent veiller sur le reste de la fratrie (Willa 5 ans, Tiffin 8 ans, Kit 13 ans). Leur père est parti reconstruire sa vie avec une nouvelle famille en Australie (eux vivent au Royaume-Unis), leur mère alcoolique, travaille dans un bar et sort avec son boss et néglige sa famille.
Ils ne peuvent donc compter sur personne et n’ont d’autre choix que d’élever leur fratrie au mieux (afin d’éviter services sociaux et placement).
Ils sont alors forcés de devenir adultes plus vite que prévu, se soutiennent et se comprennent du mieux qu’ils le peuvent, aidés par leur faible différence d’âge qui fait qu’ils sont complices depuis toujours et qu’ils sont au-delà de leur statut de frère et soeur, meilleurs amis.
Mais (oui y a un mais faut bien que le tabou arrive) ils finissent un jour par se rendre compte que ce qu’ils éprouvent va au-delà de l’amour fraternel. Maya et Lochan s’aiment et ont pleinement conscience qu’aux yeux du monde leur amour ne serait pas compris (d’autant qu’au Royaume Unis l’inceste consenti est illégal au même titre que le non consenti)

Alors oui j’entends déjà le “c’est glauque”. Ben en fait j’ai lu ce livre en me disant “bon on oublie les a priori, les beurk c’est sale, et on se plonge dans ce roman”.

Ce roman est… “boulversifiant” (quoi? je trouve ça bien comme mot inventé), poignant mais a aucun moment je ne l’ai en fait trouvé choquant (on (enfin moi) leur souhaite même d’arriver à trouver une solution)

J’ai même dû me faire violence pour ne pas sauter directement à la dernière page.

Ce roman ce n’est pas que leur histoire d’amour, c’est aussi leur histoire de famille, les conflits d’une fratrie entre elle, des ado qui doivent endosser le rôle de parents face à un père qui s’est de toute façon barré sur un autre continent et une mère qui n’est pas des plus présentes non plus. C’est leurs disputes, leurs frayeurs d’être séparés si on découvre l’absence des parents (entre autre) ,leurs joies, leurs peines. Leur vie d’ado-adulte qu’ils n’ont pas le choix d’endosser, l’équilibre familial qu’on essaie de maintenir, c’est le lycée, les exam, l’anxiété sociale, trouver des excuses à “où est votre mère” face au prof des plus petits…

et c’est la conscience de savoir que si l’on découvre ce qu’il y a sentimentalement entre eux tout s’écroule…

C’est un young adult (un pavé d’un peu plus de 530 pages). je l’ai lu en un peu plus de 24h et je suis passée par tous les stades du sourire aux larmes lol


#1261

Pour une fois, pas de comparaison littéraire: ce que tu écris me rappelle ce que j’ai ressenti avec la série Big Love, où l’on suit une famille moderne polygame de mormons, dans l’Utah.


#1262

oui en effet, c’est un peu ça. Avec Forbidden on fini par se dire qu’un amour si beau, si fort ne peut pas être contre nature, sale.
Je crois que je n’ai jamais vu les dernières saisons de Big Love mais j’avais adoré la série. Du coup ce que tu dis me parle oui.