Quelle est votre lecture du moment ?


#1263

Rien que ton post m’a boulversifiée !


#1264

Sincèrement y a longtemps que je n’étais pas passé par autant d’émotions en lisant un livre. De vrais sourires, de vraies larmes.

Je comprends que le sujet puisse “rebuter” mais personnellement je l’ai lu en mettant tous mes a priori de côté et il me restera un moment en mémoire.


#1265

Ça y est, la licence de lettres modernes à distance a commencé :grin:
7 matières au programme chaque semestre (pour moi grâce à la validation d’acquis sinon y en a plus) : Culture classique (littérature grecque et langue latine), Littérature générale (avec étude du roman Eve de ses décombres et La domination masculine de Bourdieu, dans le cadre du thème de l’écriture féminine de la violence :blush:), Langue française, Histoire littéraire, Outils et théorie d’analyse, Littératures comparées et Anglais.

Romans au programme : Eve de ses décombres, Mrs Dalloway, Mademoiselle Else, Amants, heureux amants, Voyage au bout de la nuit, L’ecole des femmes et sa Critique.
Et des essais…

Enjoy !


#1266

Bravo à toi! Je te souhaite beaucoup de bonheurs et de réussites dans ces études!


#1267

Arf :zipper_mouth_face:


#1268

Ca t’embête si j’en profite pour les lire :heart_eyes: ?
Ms Dalloway reste pour moi un de ses classiques qui m’est toujours tombé des mains, mais à ma décharge, c’est à la version espagnole que je m’attaquais (mais si, c’est logique :crazy_face: ), je retenterai volontiers!


#1269

Du tout, au contraire ! On pourra échanger, comme ça !


#1270

En fait, ça me rassure que “maman Ide” lise aussi ces livres… Comme ça, si je comprends pas tout, tu pourras m’expliquer… Je commence par Eve de ses décombres d’Ananda Devi. Une mauricienne. J’dis ça…


#1271

Je l’ai réservé ce matin dans ma bibli (pour qu’il arrive à pattes jusqu’en bas de chez moi :yum: )

:older_woman::older_woman::older_woman:


#1272

Je commence à te connaître un peu…


#1273

Je viens de refermer Eve de ses décombres d’Ananda Devi, roman au programme de la licence de lettres modernes, dans le cadre de l’écriture féminine de la violence.
Comme avec Exploratology, je ne serais jamais allée vers ce livre, d’abord parce que, c’est con, mais le titre ne me plaît pas (il ne me parlait pas jusqu’à ce que je lise sa justification au détour d’une page) et puis parce que le sujet traité (la descente aux enfers d’adolescents empêtrés dans leur misère sociale, économique et culturelle, la violence faite aux femmes mais pas que) me faisait peur. Peur du glauque. Du sordide.
Et c’est tout le contraire que j’ai lu. Dans une langue poétique, qui suggère plus qu’elle ne décrit, l’auteur donne la parole à quatre adolescents paumés d’un quartier paumé d’Ile Maurice. C’est sombre, noir, même pas gris, l’espoir est resté bien au fond de sa boîte, et les chapitres, qui alternent entre les voix déjà rauques ou furieuses d’Eve, Savita, Sad et Clelio, deviennent de plus en plus tendus, inéluctables.
Bon, parfois, le style de l’auteur m’a paru un peu lourd, difficile à imaginer dans la bouche de jeunes défavorisés au bord de l’implosion.
Mais l’impression générale et finale reste celle d’une secousse, teintée de culpabilité, de honte, de vivre tranquille, aimée et aimante, sans crainte ni ressentiment.

À lire, donc.
Urgemment.


#1274

Je suis impatiente de le recevoir après ta critique!!

NB : tu as lu Tropique de la violence de N. Appanah?


#1275

Non mais comme j’en avais entendu parler, ça m’y a fait penser immédiatement ! Tu me le conseilles ? :fearful: (Meuf désespérée qu’il n’y ait pas assez d’heures dans une journée)


#1276

Et bien

pourrait tout à fait lui convenir aussi :wink:
Donc oui, je dirais que c’est un livre à lire, même s’il ne laisse assurément pas indemne.
Par contre Appanah est plus dans une stylistique collée à son narrateur

(J’ai d’ailleurs du relire pour vérifier que tu ne parlais pas de Appanah :sweat_smile:)


#1277

JE ME RÉGALE


#1278

Sur ce sujet, tu m’étonnes :joy:


#1279

Il m’a fallu quelque temps pour réussir à répondre sur Forbidden :wink: . Je suis partagée : tu donnes vraiment envie de le lire…mais je pense que j’en serais absolument incapable. Et que c’est tant mieux d’ailleurs, parce qu’il me détruirait vraiment.

J’ai toujours été étonnée qu’un mythe courant sur les lecteurs soit qu’ils lisent principalement ce qui les touche de près. Je suis INCAPABLE de lire ce qui me touche de près. Et quand je le fais par erreur, ça me déchire (cf Zadie Smith que je n’aurais pas dû lire et Americanah que je ne lirais probablement jamais malgré mon grand amour pour Ngozi Adichie.)

D’ailleurs j’ai un Ivy Compton-Burnett que je devrais donner pour la même raison. Inutile de le garder.

Tout ça pour dire : tu fais vraiment envie…mais je vais me protéger sur ce coup là, je passe mon tour. :no_mouth:


#1280

De toute façon il ne faut jamais se forcer à lire un livre.


#1281

C’est hyper intéressant ! Sans être assommant, j’apprends plein de choses. Bon, je trouve que pour rendre la lecture intéressante, il faut lire au moins certains ouvrages dont il est question (l’Iliade, l’odyssée, theogonie etc…). J’adore cette licence, je suis OBLIGÉE d’acheter des livres ! Vous devriez la suivre @Jacmel et @JessP, vous auriez une excuse toute trouvée pour le banquier : c’est pas moi, c’est le prof ! :stuck_out_tongue_winking_eye:


#1282

Ma mère, qui lit ce que je lis, lit donc les romans au programme de ma licence. Et elle vient de me dire à l’instant : “Je vais être obligée d’arrêter “Madame” Dalloway, c’est plus possible, je m’ennuie comme un rat mort.” Et c’est la version française @Jacmel :joy:
Et en plus elle me dit qu’il n’y a pas de chapitre :fearful:. Au secours ! Je suis capable de ne pas lire un lire s’il n’a pas de chapitre ! Pas vous ?