Quelle est votre lecture du moment ?


#1424

Du coup j’ai lu “d’abord ils ont tué mon père” de Loung Ung (témoignage +khmers rouges)

Là je lis “pas pleurer” Lydie Salvayre (Guerre d’Espagne année 1936 révolution libertaire (la mère de la narratrice (de l’auteur même semblerait il) lui raconte comment elle a vécut cette période)

Et je relis "une bonne intention " de solène baskowski, parce que ce livre est un bijou pour moi et que je pourrais le lire sans me lasser ^^


#1425

J’ai adoré Pas pleurer, peut-être parce qu’elle raconte mon histoire… Et j’ai désobéi à la fin…


#1426

Je lis rarement les Goncourt, ou alors celui des lycéens, mais là celui-ci m’avait intrigué.


#1427

Et alors, t’en penses quoi ? :heart_eyes::heart_eyes:


#1428

Je viens de l’abandonner, j’ai essayé, j’ai résisté, j’ai insisté mais je n’ai pas réussi à me faire à l’écriture de l’auteure. Ce n’est pas le mélange français/espagnol, celui-ci ne m’a pas dérangé car, même si j’ai énormément perdu, j’étais quasi bilingue du temps du lycée. Mais il y a, j’ai trouvé, un manque de fluidité dans l’écriture et le texte en est alourdi (pour moi), j’ai trouvé l’écriture (et non pas l’histoire) assommante. Du coup je n’ai pas réussi… Pourtant le sujet m’intéresse énormément et ça m’a fait suer (restons polie) de l’abandonner mais du coup c’était plus un “calvaire” de me forcer et je n’étais pas dans le récit, et je passais à côté de l’histoire, j’avais l’impression de me retrouvais au temps de ma scolarité où je me forçais à lire les ouvrages imposés (que je finissais aussi par abandonner d’ailleurs). :frowning:

Si tu as d’autres romans, témoignages directs ou non, sur cette période à me conseiller je suis preneuse, j’ai essayé de chercher un peu de mon côté mais rien de probant


#1429

Je te déconseille le Malraux en tout cas (L’espoir). Je déconseille toujours Malraux. J’ai trouvé une occasion de déconseiller Malraux, alors je saute sur ladite.

Sinon ma santé mentale va bien. Tant que je ne suis pas forcée de lire un Malraux. Parce qu’en plus j’en ai lu plusieurs (du masochisme adolescent).

Je tente de trouver un moyen de
1-sortir des livres (au moins entre deux différents)
2-ne pas partir sur un site d’occasion acheter des livres

Crise violente de boulimie livresque en cours.


#1430

Je me sens un peu moins seule quand je lis ça! :innocent:

Bonjour, je m’appelle @jessP et je suis book addict.

Je vois la taille de ma PAL physique, je vois la taille de ma PAL numérique, je me dis que je vais quand même aller faire un tour sur les sites d’occasion pour regarder. Je mets plein de trucs dans mon panier “juste comme ça”. Je ferme l’onglet, j’y pense non stop pendant des heures, j’y retourne, j’enlève 2-3 trucs pour me donner bonne conscience (voire j’ajoute des trucs pour les enfants…) et je clique sur “valider”. :roll_eyes:
Mais j’ai plein de super livres que j’ai eu pour pas cher à lire :star_struck:


#1431

Ooooh punaise, ma soeur jumelle :joy: Tu as vu comme l’ajout de livre pour enfant déculpabilise? C’est magique!
L’horreur c’est les petits mails de Chapitre : “Aujourd’hui, -20% sur tous les livres d’occasion” Aaaaaaaaarghhhh


#1432

Ah ah ah. En cherchant des romans sur le sujet je suis tombée sur ce roman justement, ma première remarque a été ‘’ ah non pas Malraux’’

J’ai aussi regardé du côté de Bernanos que l’ auteure cite beaucoup et fait ‘’ vivre’’ dans pas pleurer j’ai été énervée par certains commentaires laissés par des personnes ayant lu les écrits de Bernanos sur le sujet, il a vécu le truc c’est du témoignages direct… Remarque de consommateurs ‘’ le récit est un peu daté’’… Euh ben c’est à dire que si tu veux du récent tu lis pas quelque chose qui s’est passé y a 80 ans en effet… Les gens sont parfois bêtes… Du coup j’ai rit toute seule en imaginant ces mêmes personnes lire du socrate et assimilé :joy:


#1433

Le roman d’Emilie Travé, mais il est pas encore sorti :stuck_out_tongue_winking_eye:
Plus sérieusement : Le cœur cousu de Carole Martinez où la guerre est une ambiance au début qui va se préciser mais qui n’est pas le sujet du livre


#1434

Alors pardon @Jacmel et @delphine mais pk pas Malraux ?


#1435

Parce qu’on a dit non et que nous sommes les voix de la sagesse, et aussi parce qu’il me barbe ^^

Ah ben le coeur cousu est dans ma wish list


#1436

Je l’ai dans ma bibliothèque, je suis suis sûre que je l’ai lu, mais le résumé ne me dit rien du tout… :thinking: Bon, il va me falloir une PAR (Pile à Relire). :smile:


#1437

1-

2-
Son style est à mon sens extrêmement surévalué : très artificiel (et je suis gentille) quand tu t’attaches aux phrases (“le grand silence de la nuit chinoise” tant moqué)

3-
La personnalité même de l’auteur que j’ai beaucoup de mal à dépasser : présenté comme un héros et comme un pionnier de la culture, il est surtout, historiquement, le pionnier dans le vol caractérisé d’oeuvres d’art (en Asie, en Haïti) et dans la décrédibilisation de celles-ci (arts dits “primitifs” et peintres dits “naïfs”) permettant ainsi de dé-historiser tout un pan de l’art mondial (et de le piller d’autant plus facilement au passage) => Je n’étais pas aussi avancée dans mes réflexions sur le sujet à l’époque, mais vu sa condescendance dans le domaine des arts, il doit être très instructif de relire ses livres sous l’angle du racisme (ou pas)

4-
Son machisme délicieusement décomplexé dans ses oeuvres (dépassant la moyenne de l’époque parfois)

5-
A la rigueur comme témoignage de comment on se crée un héros dans une société…comme support d’analyse quoi.

6-
Mon ex lui reprochait de n’avoir intégré la résistance que très très tardivement : il avait les indignations sélectives.
Certes. Personnellement, je pense tout de même qu’il sortait de la guerre d’Espagne (il pouvait peut être avoir besoin de se poser !!!), et surtout que je ne présage pas de ce que j’aurais fait, et ne peut donc absolument pas juger les autres. Je suis donc très ambivalente vis à vis de ce reproche précis même si je suis d’accord pour dire qu’il avait les indignations très sélectives (comme tout le monde en fait).

7-
Autrement dit :
*comme auteur lambda à re-contextualiser dans son époque, ok
*comme homme d’aventure/politique à re-historiciser et à démythifier, ok
*comme héros de la culture, non
*comme héros de la décolonisation, non
*comme génie de la littérature, non
Il est seulement surévalué.


#1438

A quoi tient l’envie de lire un livre en particulier? Pour Le livre d’un été, de Tove Jansson, à cette photo de l’autrice, vue sur le blog de @Pauline:

Elle a juste l’air trop bien sous sa couronne de fleurs, non? :grinning:

De l’article de @Pauline, j’avais retenu que ce n’était peut être pas le livre du siècle, mais qu’il était doux, ce qui faisait du bien.
Il ne s’agit pas d’un roman à proprement parler, il n’y a pas vraiment d’histoire ou de progression, mais ça ne ressemble pas non plus à une suite de nouvelles. Le livre est cadré par une unité de personnages, de temps et de lieu: Sophie, son extraordinaire grand-mère et son père passent l’été sur une petite île privée finlandaise. Les courts chapitres se succèdent comme des instantanés de moments précis (visite d’amis, plantations sur l’île, tempête, visite au village voisin, etc.) qui par petites touches forment la mosaïque d’un été.

En raison de sa forme, j’ai choisi de lire ce livre sur plusieurs jours (en parallèle d’autres lectures, bien évidemment :wink:), picorant un ou deux chapitres deci-delà, prenant le temps de découvrir peu à peu la relation entre Sophie et sa grand-mère si particulière qui lui sert de compagne de jeu (quand elle ne s’endort pas couchée dans la mousse).
Si certains passages sont très drôles (la “thèse” de Sophie sur les vers de terre, par ex.), le sentiment général qui s’en dégage est plutôt doux-amer, sous une apparente légèreté.

Bref, un bien joli livre.


#1439

Je viens de commencer Les souvenirs de David FOENKINOS.
Ce livre est une pépite pour moi :heart_eyes:
J adore ce genre de livre introspectif qui donne l impression que la personne nous livre le plus profond elle même
Pfiou, il me bouleverse…


#1440

Mouais… à relire la page à froid… elle ne correspond pas du tout à mon commentaire :rofl:


#1441

Bête question : vous trouvez aussi que les pages du livre de juin sont bizarres pour un folio? :roll_eyes:
C est la première chose qui m a sauté au yeux quand Je l ai pris en main… il ne se plie pas comme mes folios habituels


#1442

Mais elle m’a fait rire par contre :joy:


#1443

Comment résumer Même les cow-girls ont du vague à l’âme de Tom Robbins?

C’est l’histoire de Sissy, que la nature a dotée de pouces démesurés et qui passe son temps à faire de l’auto-stop sans véritables destinations, juste pour la beauté du geste. Mais c’est aussi l’histoire d’un ranch dirigé par des cow-girls et de l’égalité homme/femme, d’un vieux chinois lubrique, en réalité japonais, marqué par son séjour dans une tribu amérindienne et du passage du temps et d’un psychiatre à la normalité contrariée et de l’estime de soi.

C’est un roman riche, dense et vraiment déjanté avec une écriture hors norme et un narrateur omniscient qui n’hésite pas à faire de longues digressions psycho-socio-philosophiques et invite le lecteur à fêter le 100e chapitre avec du champagne!

Bref une expérience de lecture un peu déconcertante, mais qui donne le sourire et fait réfléchir.